publicité

Sida : dépistage quasi immédiat

La Guadeloupe est l'un des trois départements français à pouvoir utiliser le trod, nouveau système qui peut dépister la présence du VIH dans le sang en une minute. 

  • Par Catherine Le Pelletier
  • Publié le , mis à jour le
Il s'appelle le "TROD", pour Test Rapide d'Orientation Diagnostic. C'est un tout petit matériel, placé dans une pochette, qui est arrivé en Guadeloupe. Il est distribué aux associations et aux centres de soins qui en ont fait la demande. Ce test pourra aussi être pratiqué par les 35 médecins qui ont été formés à son utilisation. 


La Guadeloupe, 2ème département français touché

La Guadeloupe se place juste derrière la Guyane. Triste record que celui des personnes atteintes par le VIH. Ici, le taux de contamination est trois à quatre fois plus important qu'en France hexagonale. Trop de malades ne se font pas dépister, attendent le dernier moment pour le faire. Résultat, il est parfois trop tard. Pourtant, les professionnels de santé mettent l'accent sur l'importance d'un dépistage rapide. Si une personne contaminé se fait dépister très vite, alors les traitements sont particulièrement actifs et elle peut vivre aussi longtemps que quelqu'un qui n'est pas atteint par le sida. Mais plus le dépistage tarde, plus le traitement aussi tarde et moins celui-ci est actif. 


Anonymat

L'anonymat est certainement la clé essentielle pour que les tests soient pratiqués en nombre. Le "qu'en-dira-t-on" est mis en avant par de nombreuses personnes qui hésitent à franchir le pas et à se faire dépister. Alors, l'accent est mis cette année précisément sur le risque que les personnes contaminées prennent et font prendre aux autres en refusant le dépistage. 


Maladie insidueuse

Le sida est une maladie insidueuse. Le virus se développe à une grande vitesse lorsqu'il arrive dans un organisme. Pour la personne contaminée, cela peut se traduire par l'impression d'une simple grippe, ou d'une fatigue passagère. Ensuite, le développement du VIH stagne. Il est bien présent dans l'organisme, mais il attend entre trois et douze ans, pour se développer encore et, cette fois, gêner un peu plus son porteur. C'est cette période de latence (3 à 12 ans), qui est dangereuse, lorsqu'une personne refuse de se faire dépister : elle ne sait pas qu'elle est malade, elle ne sait pas qu'elle peut contaminer les autres et elle ne sait pas qu'elle risque aussi de grandes souffrances. 


Le dépistage : la seule solution

Pour éviter le développement de la maladie, le dépistage très tôt reste la seule solution. Le TROD arrive à point nommé pour la journée internationale de lutte contre le sida 2012, c'est avec lui que d'aucuns pourront prendre la mesure d'un risque amoindri, puisque découvert plus tôt. Le TROD banalise le dépistage, peut casser les barrières, notamment celle de la peur, de l'angoisse d'un diagnostic positif. Avec lui, tout est fait pour apaiser les craintes et faciliter l'accès aux soins.


Le corevih

Le COREVIH est le comité ad hoc de lutte contre le sida. Ses membres, désignés par le Préfet, ont toute autorité pour organiser les campagnes d'information, de prévention. Ce comité centralise toutes les données concernant la maladie en Guadeloupe et peut vous aiguiller vers une association, une structure, un service médical si besoin est. Vous pouvez visiter son site ou contacter les membres du comité au CHU de Pointe-à-Pitre / Abymes - Bâtiment B Ancien Hôpital Ricou 
2ème étage - BP465  -97159 Pointe-à-Pitre Cedex -Téléphone : 0590 93 46 64  -Fax : 0590 89 15 93
 

Sur le même thème

  • santé

    CHU de Pointe-à-Pître/Abymes : Les inquiétantes conclusions

    Une mission d’expertise a été menée, par le cabinet « Indigo » depuis le 24 septembre 2018, pour s’enquérir des conditions de travail, de la santé et de la sécurité des agents, ou encore des conditions d’accueil des patients. Une enquête de terrain qui révèle des informations plutôt inquiétantes…
     

  • santé

    Zika : les avancées de la recherche

    Des chercheurs de Guadeloupe épaulés par d'autres équipes françaises ont publié vendredi dernier une étude qui lève le voile sur les effets à long terme du virus du Zika. Le virus est certes bien connu mais la fréquence d'apparition des complications neurologiques étaient encore un mystère.

  • santé

    « Le service public hospitalier est en danger »

    C’est en tout cas l’un des sentiments qui ressortent du sondage mené par la Fédération Hospitalière de France. 6.000 personnes ont répondu à cette consultation dans l’hexagone mais aussi outre-mer. Le manque de moyens réservés à la santé inqiète en Guadeloupe 

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play