publicité

Braquage d'une bijouterie en plein centre commercial

La bijouterie Eurogold à Carrefour Destreland a été braquée ce jeudi soir.

© J-M. Mavounzy
© J-M. Mavounzy
  • Par Yasmina Yacou
  • Publié le , mis à jour le
Il est 19h30, ce jeudi soir, quand, peu avant la fermeture du magasin, trois individus, cagoulés et armés d’un fusil ont fait irruption dans la bijouterie Eurogold située dans la nouvelle aile du centre commercial Carrefour Destreland.
Selon le témoignage d’une employée, ils auraient crié à tout le monde de se coucher à terre. Aucun client n’était présent à cet instant. Un autre employé aurait même été mis en joug par les malfaiteurs. Les salariés de la bijouterie entendent alors qu’ils brisent les vitrines. Les braqueurs emportent des bijoux, en or 18 carats, uniquement.
Tout se serait passé très vite. En moins de trois minutes. Une opération millimétrée. Ce qui pourrait laisser penser qu’ils étaient entraînés.
Une version confirmée par une employée interrogée par Ludivine Guiolet et Jean-Marie Mavounzy

ITW Braquage Destreland


Aucun blessé n’est à déplorer, mais les employés sont très choqués. D'autant plus que cette fois encore, les braqueurs ont fait preuve d'audace. Ils ont, en effet, traversé une partie de la galerie marchande pour arriver à la bijouterie.
Les trois hommes sont en fuite. Un dispositif de recherche a été mis en place par la gendarmerie.
Le préjudice n'a pas encore été estimé par le gérant du magasin qui a déclaré que l'inventaire serait fait dans les prochains jours. 

Deux braquages en une semaine

Déjà mardi, une autre bijouterie, à Pointe-à-Pitre, cette fois, avait été prise pour cible. 4 individus armés, cagoulés sur des motos avaient braqué le magasin peu après 9 heures. Cette opération, en plein jour, avait scandalisé employés de la bijouterie et témoins.
Ce nouveau braquage, dans un centre commercial interpelle.
Selon les autorités, aucun élément ne permet de relier ce braquage à celui du début de semaine.
Ces actes de violence qui se multiplient ces dernières semaines inquiètent les forces de l'ordre, mais également la population.

Plus de précisions à venir dans nos éditions en radio, en télé à 13 heures- 19h30 et sur guadeloupe.la1ere.fr

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play