Mort depuis 10 jours aux Abymes. C'est son odeur qui a révélé le cadavre.

faits divers
pompiers
©catherine le pelletier
Des odeurs nauséabondes insupportables incommodaient depuis plusieurs jours un quartier du Raizet aux Abymes. Il s’agissait en fait d’un cadavre. La personne était décédée depuis une dizaine de jours sans qu’aucun voisin ne s’en aperçoive.

10 jours d'odeurs nauséabondes

D'abord, l'odeur était insidueuse. Puis, elle est devenue de plus en plus forte, jusqu'à être insupportable. Les habitants de la Résidence Nénuphars n'en pouvaient plus de respirer des gaz de décomposition. Ils pensaient à un rat mort, enfermé dans un appartement. Alors, ils se sont adressé aux autorités compétentes, leur demandant d'ouvrir la porte de l'appartement concerné. 
Lorsque la porte de l'appartement a été ouverte, les secours ont compris ce qui se passait : le cadavre du locataire gisait. Sa mort remonte à une dizaine de jours. 



Drame de la solitude

C'est une mort passée totalement inaperçue.Le corps a été enlevé dès sa découverte mais ce n’est qu’hier que l'appartement a fini d’être nettoyé. Ce drame de la solitude n'est pas le premier en Guadeloupe. D'autres personnes, dont la mort remontait à plusieurs jours, ont déjà été découvertes chez nous. Autant d'éléments qui permettent de comprendre le virage de notre société, en plein choc de la modernité.

Jérôme Boecasse et Jean-Marie Mavounzy ont recueilli le témoignage de l’une des habitantes d'une résidente. Ecoutez-la, elle s'interroge sur les suites médicales que peuvent avoir les inhalations de gaz de décomposition :

Témoignage d'une riveraine odeur nauséabonde