guadeloupe
info locale

Incendie de la rue Sadi-Carnot : Sursis requis pour les trois accusés

justice
Procès incendie Sadi Carnot
©R. Lami
Le Parquet a requis des peines de prison avec sursis et des amendes à l’encontre des trois prévenus.
Tous responsables… Deux mots qui résument la pensée et la teneur du réquisitoire du procureur adjoint Etienne Thieffry. Mais des mots, il en aura eu d’autres… Plus accablants pour les trois accusés.

Responsables indirectement... Mais responsables quand même


Parlant de « complaisance homicide », le parquet n’épargne pas l’ancien maire. Des propos que l’accusé n’aura pas pu entendre, ne s’étant pas présenté durant les deux jours de procès, fournissant un certificat médical. Une absence qu’ont regrettée les familles des victimes qui espéraient une comparution personnelle d’Henri Bangou, contre qui le parquet a requis un an de prison avec sursis.
Henri de Kermadec n’a pas été oublié par le réquisitoire du procureur adjoint qui a demandé 4 années d’emprisonnement avec sursis et une amende de 40 000 euros contre l’accusé. Décrit comme un « rentier coupable dans l’indifférence », cultivant le « cynisme », il apparaît comme ayant été négligeant. Ce que reconnaît son avocat qui précise tout de même que l’issue de secours avait été condamnée depuis longtemps et qu’elle n’aurait pas permis de voir sortir les victimes vivantes de cet incendie.
Enfin, le « mercantilisme mortel » de Kaï Li, aurait contribué à ce drame selon Etienne Thieffry. Les arguments avancés par l’avocat du gérant, qui a perdu sa femme et son fils dans l’incendie, n’ont pas convaincu. 
"Cet incendie aurait pu être évité" continue le procureur adjoint. Si, Kaï Li avait déclaré son commerce ouvert depuis 22 jours... Si le propriétaire avait respecté la réglementation... Et si le commerce avait fait l'objet d'un contrôle de la commission de sécurité. Trois éléments, selon le Parquet qui aurait tout changé.

Déception du côté des familles


Des réquisitions décevantes pour les familles des victimes qui attendaient beaucoup de ce premier procès. Comme Christian Colombo, qui a perdu, ce jour là, sa femme et sa fille. 
Il s'exprime en sortant de l'audience au micro de Peggy Robert. 

ITW Ch. Colombo Procès incendie


Les familles espèrent que justice soit faite. Le tribunal rendra sa décision le 29 octobre prochain. En janvier 2014, s'ouvrira le procès des sept collégiens auteurs de l'incendie. 
 

Publicité