La mini-transat devrait arriver fin novembre en Guadeloupe

voile
Départ Mini-transat
©Mini-transat
Malgré la suspension de la course hier et le retard de 16 jours pris au départ, les premiers ne devraient arriver qu'avec quelques jours de retard sur la date initialement prévue à Pointe-à-Pitre. La direction va réaménager les escales.
Cette mini-transat 2013 est pleine de rebondissements, mais plus d’un point de vue météorologique que sportif pour le moment. La course a déjà pris 16 jours de retard au départ de Douarnenez en raison de perturbations attendues sur le cap Finisterre. Elle a été en plus interrompue hier soir et la première étape a été annulée en vue des prévisions sur le golfe de Gascogne.

Les bateaux à couvert

Les 5 premiers bateaux de la flotte ont réussi à rejoindre la ville de Sada, au nord-ouest de l’Espagne, marina d’arrivée de cette première liaison de la mini-transat. La grande majorité des autres concurrents, dont le guadeloupéen François Lamy, s’est mis à couvert à Gijon dans le nord du pays sur la côte cantabrique.  Sur les 76 bateaux encore en lice, 2 ou 3 navigateurs seraient toujours en mer.

L'arrivée prévue fin novembre en Guadeloupe

Les organisateurs attendent que la météo s’améliore avant de relancer la course depuis Sada vers Lanzarote aux îles Canaries. Etape suivante de cette mini-transat avant de se lancer sur l’océan atlantique vers la Guadeloupe. Une fenêtre favorable pourrait s’ouvrir à partir de mardi. Selon Bertrand Nardin, le directeur de l’épreuve, l’arrivée à Pointe-à-Pitre  ne devrait toutefois pas être trop retardée par rapport aux prévisions initiales (fin novembre). Pour rattraper les jours perdus, la durée de l’escale à Lanzarote devrait être diminuée. Il a été contacté ce matin par Daniel Marius :

NARDIN