Une affaire de détournement de fonds à la ville de Pointe-à-Pitre

société
mairie pointe à pitre
©WIKIPEDIA
4 personnes ont été placées en garde à vue et entendue dans le cadre de cette affaire. Elles sont soupçonnées d'avoir détourné des fonds de la commune via une société de communication. Elles ont été relâchés faute de preuve mais l'enquête continue.
Les 4 personnes qui ont été interpellées sont Jean-Marc Solvar, le directeur de cabinet du maire de Pointe-à-Pitre, Antoine Sahaï un chef d'entreprise dans le secteur du BTP, notre confrère Gilbert Pincemail et sa compagne, l'élue Abymienne Maguy Céligny. Ils ont été entendus pendant 12h pour cette dernière, 24h pour Sahaï et 48h pour les deux autres par les enquêteurs de la direction interrégionale de la police judiciaire. Faute de preuves, ils ont été relâchés et n'ont pas été mis en examen.

Détournement de fonds

Les enquêteurs cherchent à comprendre comment fonctionnait un système triangulaire qui aurait servi à détourner des fonds. Jean-Marc Solvar aurait bénéficié de sommes versées par la commune de Pointe-à-Pitre sur un compte de la société de communication que gère Maguy Céligny pour la livraison de matériaux de construction fournis par la société d'Antoine Sahaï.
Le maire de Pointe-à-Pitre Jacques Bangou a suspendu son directeur de cabinet et déposé plainte la semaine dernière.

Garde à vue, perquisitions mais pas de preuves

Les acteurs présumés de ce système ont été entendus pendant 12h pour Maguy Céligny, 24h pour Antoine Sahaï et 48h pour Jean Marc Solvar et Gilbert Pincemail par les agents de la PJ. Les interrogatoires n'ont pas permis de faire totalement la lumière sur cette affaire. Le directeur de cabinet de la mairie de Pointe-à-Pitre aurait toutefois avoué être le seul responsable. Des perquisitions ont été menées aux domiciles des 4 personnes inquiétées mais aucune preuve n'a été trouvée. Ils ont donc été remis en liberté et aucune charge n'est pour l'instant retenue contre eux. L'enquête est toujours en cours.