Trafic de drogue, le réquisitoire

justice
saisie cocaïne
©SAISIE-COCAINE/AFP
Hier, le procureur de la république a requis plusieurs peines à l’encontre des prévenus dans l’affaire du réseau de trafic de drogue entre juillet 2012 et mars 2013.
Dix neuf prévenus sur place, représentés par des avocats différents ; également plusieurs chefs d’accusations selon les rôles de chacun dans cette entreprise illégale ; sans compter les deux dominiquais en fuite...Nul besoin de préciser que l’affaire demande beaucoup d’attention à la cour et mobilise beaucoup de monde depuis lundi. Hier, le procureur a dévoilé son réquisitoire.


Les demandes du procureur


Les quatres mules
Les peines demandées vont de 15 mois à 2 ans de prison et à chaque fois avec une partie de la peine avec sursis. Trois des femmes concernées sont guadeloupéennes. La quatrième est une métropolitaine.

Les intermédiaires et revendeurs "locaux"
Ils sont au nombre de 11 parmi lesquels une guyannaise. Le procureur a requis 18 mois à 5 ans de prison, là encore pour certains prévenus avec une part de sursis.

Les « leaders »
Sur les quatre hommes concernés, trois sont d’origine guadeloupéenne et un d’origine africaine. Tous vivent en France hexagonale.
Le procureur demande que la cour les condamne à des peines de 5 à 8 ans fermes. Ce sont les seuls pour lesquels des peines de « prison ferme » ont été requises.

Deux fugitifs
Ils vivaient en Guadeloupe mais faisaient des aller-et-retours vers le Venezuela pour y trouver la drogue. Il s’agirait visiblement des deux « grosses têtes » du réseau. Le procureur a demandé que le mandat d’arrêt à l’encontre des deux dominiquais introuvables depuis le démantèlement du réseau, soit renouvelé.

Outre les réquisitions du procureur, l’administration a réclamé 58200€ d’amende pour infraction aux différents prévenus.


Le trafic

Entre 2012 et 2013 des jeunes femmes transportaient de la drogue entre la Guadeloupe et la France hexagonale. Elles faisaient les mules en passant drogue et argent de diverses façons. « Scotché » sur l’abdomen, ou carrément dans les sous- vêtements…Toutefois ce n’est pas la seule activité du réseau.
La revente de cannabis était aussi de rigueur, via plusieurs « revendeurs ». En tout il s’agirait de 60kg de cocaïne ainsi que de résine de cannabis.

Les plaidoiries de la défense ont continué cet après-midi. Le verdict devrait être connu dès ce soir.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live