publicité

Baisse des prix des produits pétroliers en Guadeloupe en novembre

Le décret 2013-1314 du 27 décembre 2013 prévoit que les prix des produits pétroliers et du gaz sont révisés chaque mois selon l’évolution des cours et de la parité monétaire euro/dollar constatées lors du mois précédent. Retrouvez les prix arrêtés pour le mois de novembre par la Préfecture.

© J.Babel
© J.Babel
  • Julien Babel
  • Publié le , mis à jour le

Prix à compter du 1er novembre 2014 à zéro heure

Carburants routiers :
  • Super sans plomb : 1,51€ le litre, soit une baisse de 5 centimes.
  • Gazole route : 1,31€ le litre, soit une baisse de 4 centimes.
Bouteille de gaz de pétrole liquéfié de 12,5 kg : prix maximum de 20,87 € au lieu de 21,27 € en octobre, soit une baisse de 40 centimes.
 

Evolution du marché en octobre 2014

Baisse de la moyenne des cotations du pétrole brut (Brent) de 10,2 %.
Le prix moyen du baril de Brent est passé de 101,81 dollars en septembre à 88,27 dollars en octobre. Cette tendance s’explique par la hausse de la production de brut aux États-Unis et par le niveau élevé des stocks de la zone de l’OCDE.

Baisse de la moyenne des cotations du super de 10,2 %.
Cette baisse résulte de l’impact de la baisse de la croissance économique sur la demande et notamment du recul des ventes mondiales de véhicules.

Baisse de la moyenne des cotations du gazole de 8,9 %.
Cette tendance s’explique également par l'atonie de la croissance économique.
Baisse de la moyenne des cotations du butane de 8,8 % et du propane de 9,1 %.
Ces baisses sont les conséquences de l’augmentation de la production mondiale du gaz.
 
L’euro baisse de 2,2 % face au dollar.
Le cours moyen de l’euro par rapport au dollar est passé de 1,297 en septembre à 1,268 en octobre.
 

Les prix dans l’Hexagone

A titre de comparaison, en France métropolitaine le prix moyen constaté est de 1,47 €/l pour le super sans plomb et de 1,27 €/l pour le gazole.
Il faut toutefois noter qu'en France métropolitaine, où les prix des carburants sont libres, la plupart des stations-services n’emploient pas de pompistes et que les grandes surfaces de distribution alimentaire font du carburant un produit d'appel, vendu pratiquement sans marge.
A l'inverse, les stations de Guadeloupe emploient environ un millier de salariés, participant ainsi à un équilibre social qu'il convient de préserver.
 
L’observatoire des prix, des marges et des revenus a été informé de ces évolutions.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play