publicité

Mobilisation des médecins libéraux : retour à la feuille de soins

Après avoir fermé les cabinets durant une semaine, les médecins mécontents des réformes annoncées par le gouvernement ont décidé de changer de méthode. Ils n’acceptent plus la carte vitale. De quoi embarrasser l’administration.

© C.W.
© C.W.
  • Julien Babel
  • Publié le

Retour à la feuille de soin

Entre le 24 et le 31 décembre 2014 les médecins mobilisés avaient décidé de fermer les cabinets de consultation. Depuis ce lundi 5 janvier 2015, ils ont changé la forme de leur action. Ils n'effectuent plus de télétransmission, jusqu’à nouvel ordre.
Les remboursements des patients par la sécurité sociale se feront via les feuilles de soins et mettront plus de temps.
 

Double effet

L’objectif des professionnels de santé est double : embarrasser l’administration en la submergeant de paperasse et mettre la pression sur le gouvernement pour qu’il renonce à la généralisation du tiers payant.

Ecoutez le docteur Nadia Rugard du Syndicat des Médécins Unifiés de Guadeloupe (SMUG). Elle rappelle la détermination des médecins libéraux grévistes de Guadeloupe :

Nadia Rugard/ pas de carte vitale

(Propos recueillis par Sophie Vingadassalon)

Sur le même thème

  • santé

    CHU de Pointe-à-Pître/Abymes : Les inquiétantes conclusions

    Une mission d’expertise a été menée, par le cabinet « Indigo » depuis le 24 septembre 2018, pour s’enquérir des conditions de travail, de la santé et de la sécurité des agents, ou encore des conditions d’accueil des patients. Une enquête de terrain qui révèle des informations plutôt inquiétantes…
     

  • santé

    Zika : les avancées de la recherche

    Des chercheurs de Guadeloupe épaulés par d'autres équipes françaises ont publié vendredi dernier une étude qui lève le voile sur les effets à long terme du virus du Zika. Le virus est certes bien connu mais la fréquence d'apparition des complications neurologiques étaient encore un mystère.

  • santé

    « Le service public hospitalier est en danger »

    C’est en tout cas l’un des sentiments qui ressortent du sondage mené par la Fédération Hospitalière de France. 6.000 personnes ont répondu à cette consultation dans l’hexagone mais aussi outre-mer. Le manque de moyens réservés à la santé inqiète en Guadeloupe 

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play