Affaire Chaulet: un mois ou un an de prison?

justice
Le Palais de Justice de Basse-Terre
Le Palais de Justice de Basse-Terre ©4LP
Après la demande de rectification du procureur de la République de Basse-Terre dans le quantum de la peine requise contre Nicolas Chaulet mis en cause pour injures à caractère raciste. Les avocats de la partie civile ont tenu, mardi matin à Pointe-à-Pitre, une conférence de presse. 
Six avocats sur les 10 de la partie civile sont devant la presse pour donner leur point de vue sur la demande de rectification adressée par le procureur de la République de Basse-Terre, à la presse. Ce n'est pas un an de prison qui a été requis selon le parquet, mais un mois. De quoi susciter la colère de ces avocats. 
Nicolas Chaulet est mis en cause pour des insultes à caractère raciste contre Frédéric Augustin, ainsi que des dégradations de biens. 
Lors du procès au tribunal correctionnel la semaine dernière, à Basse-Terre, les avocats de la partie civile affirment avoir été plein d'espoir durant les réquisitions du parquet. 

Les avocats de Frédéric Augustin sont en colère


Du côté du procureur de la République de Basse-Terre, il est dit que la peine requise dans ce dossier est bien un mois de prison ferme. Le parquet met en avant le compte rendu du greffier, lors de l'audience. Selon le quotidien France Antilles, le parquet de Basse-Terre refuse de "s'engouffrer dans la polémique". 

Voir aussi :