publicité

AVC, la Guadeloupe mise sur la prévention

Confronté à l’augmentation régulière du nombre d’Accident Vasculaires Cérébraux, les autorités sanitaires ont profité de la journée mondiale des AVC pour lancer une nouvelle campagne de prévention.

Prévenir plutôt que guérir © ARS
© ARS Prévenir plutôt que guérir
  • N. Fadel et S. Prudent
  • Publié le , mis à jour le
Hier, c’était la Journée Mondiale de l’AVC. Le nombre des Accidents Vasculaires Cérébraux augmente d’année en année.
En Guadeloupe, ils sont à l’origine de 800 hospitalisations, par an et surviennent, en moyenne, dix ans plus tôt, dans la vie des Guadeloupéens, par rapport aux populations de l’Hexagone.
Les séquelles sont atténuées, grâce à la thrombolyse.
Seulement voilà : ce mode d’administration des traitements ne peut être envisagé au-delà de 4 heures, après l’attaque cérébrale.
D’où les campagnes d’informations du grand public, qui se sont succédées.
Il en découle d’ores et déjà une importante réduction du délai de prise en charge.
Sensibilisée aux signes d’AVC et à la conduite à tenir, la population a davantage le réflexe d’appeler le 15.
Les acteurs de santé ont donc décidé d’enfoncer le clou… et de lancer une nouvelle vague de messages, à destination du public.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play