22 ans pour l'un, 9 ans pour l'autre, la Cour d'Assises de la Guadeloupe confirme la culpabilité de Lavinier et Galle dans le meurtre de David Vincent

justice
Palais de Justice de Basse-Terre
Palais de Justice de Basse-Terre ©E. Stimpfling
Après quatre jours au lieu des trois initialement prévus, les deux hommes qui avaient souhaité être rejugés s'estimant injustement accusés, ont vu la confirmation de leur culpabilité prononcée par la Cour d'Assises de la Guadeloupe

Le verdict est donc tombé pour Jean-Marc Lavinier et Yannick Galle. 

Avant cela, cette nouvelle journée avait permis aux avocats de la partie civile de rappeler la situation de la famille de David Vincent pour qui, le cauchemar du 16 janvier 2019 ne s'est jamais terminé. Ils ont aussi exprimé leurs doutes face au revirement d'arguments qui s'est opéré entre les deux procès et qui a vu les deux condamnés disculper entièrement les deux accusés présents devant les Assises.

Une thèse largement soulignée pendant tout le procès par l'avocate générale. En plus de deux heures, Elodie Rouchouse s'est attachée à démonter les arguments de la défense en s'arc-boutant sur les éléments matériels et les constats scientifiques qui prouvent l'implication notamment de Jean-Marc Lavinier. Elle a même tenu à différencier l'implication des deux hommes dans cette affaire : Yannick Galle complice par aide et assistance et Jean-Marc Lavinier complice par sabre puisqu'il a fourni les armes et surtout instigateur, d'où la différence de peine prononcée l'an dernier à leur encontre : 10 ans pour le premier et 25 ans pour le second. Des peines qu'elle souhaite voir confirmées et même amplifiées.
Enfin Elodie Rouchouse s'est adressée à la famille en soulignant leur courage et en espérant leur apaisement à l'énoncé du verdict. 

Enfin les deux avocats de la défense ont d'abord soulevé le doute sérieux qui pouvait exister quant à une prise de part active de leurs clients à ce meurtre. Me Racon a même demandé l'acquittement de son client, Yannick Galle, l'estimant hors de cause dans cette affaire. 
Un pas que Me Hatchi n'aura pas franchi dans la défense de Jean-Marc Lavinier en insinuant la reconnaissance par Lavinier des faits qui lui sont reprochés et en souhaitant simplement que la peine qui lui avait été infligée en première instance ne soit pas aggravée.

 Mais tout cela n'aura pas renversé l'avis de la Cour d'Assises. Elle a choisi de confirmer leur culpabilité en condamnant Jean-Marc Lavinier à 22 ans de prison et Yannick Galle à 9 ans de prison.