84 millions d’euros, c'est la somme investie par l'AFD en Guadeloupe

économie
L’eau, dossier sensible, n’a reçu que 2 millions d’euros.
L’eau, dossier sensible, n’a reçu que 2 millions d’euros. ©Guadeloupe la 1ère
L’AFD, l’Agence française de développement, a publié le bilan de ses activités financières et budgétaire 2021 pour les collectivités d’outre-mer de l’Atlantique. Pour la Guadeloupe, Saint-Martin, Saint-Barthélemy, la Martinique, la Guyane et Saint-Pierre et Saint-Pierre et Miquelon, ce sont 324 millions d’euros qui ont été mis à disposition. La Guadeloupe a été financée à hauteur de 84 millions d’euros.

84 millions d’euros d’engagements. Le montant claque, mais il faut édulcorer les choses. Sur cette enveloppe, 46 millions ont déjà été versés. L’année 2021 reste dans la moyenne des versements de l’Agence française de développement (AFD) pour notre collectivité.

A titre de comparaison en 2017, c’était deux fois plus. L’an dernier, les infrastructures et le développement urbains ont été largement financés à 81 millions d’euros. L’eau, dossier sensible, n’a reçu que 2 millions d’euros. Trois hypothèses peuvent jaillir de ce rapport d’activité. D’abord, nombre de projets ne sont pas retenus.

L’eau, dossier sensible, n’a reçu que 2 millions d’euros

Ensuite, qu’il n’y en a peut-être pas suffisamment. Ou alors enfin, que nous ne sommes peut-être pas suffisamment inventifs et ambitieux. Un parallèle avec la Martinique. Dans les notes de commentaires sur les présentations chiffrées, l’agence Française de développement indique, pour la Guadeloupe, qu’elle accompagne et améliore les infrastructures, avec l’accent sur « un développement économique inclusif et durable ».

Pour la Martinique, le commentaire est plus engageant. L’AFD accompagne « les mutations » de l’île vers un modèle de développement plus inclusif et durable. Et cela se ressent. 192 millions d’euros ont été engagé en 2021 pour Fort-de-France, en augmentation par rapport à 2020. Avec des secteurs clefs comme le financement des énergies renouvelables, 38 millions d’euros, une priorité de la Martinique et le secteur de la santé pour 49 millions d’euros. En conclusion, deux îles… deux visions.