A partir du 15 juin les adolescents de 12-18 ans pourront être vaccinés contre le COVID 19

coronavirus
jEUNES ET VACCINS
©Ch. Danquin

C'est le Président de la République qui l'a annoncé ce mercredi. Jusque là seuls les plus de 16 ans atteints de certaines maladies graves ou proches de personnes immunodéprimées pouvaient-être vaccinés. Dès le 15 juin, la vaccination sera proposée à tous les adolescents de 12 ans et plus..

Le Président de la République a probablement coupé l'herbe sous les pieds du Ministre de la Santé qui devait expliquer en télévision les stratégies retenues par le gouvernement pour renforcer le taux de vaccination en France. S'exprimant dans le Lot où il était en visite, Emmanuel Macron a indiqué que : 

« Nous avons décidé, à partir du 15 juin, de commencer à ouvrir la vaccination pour les adolescents, les plus jeunes, et à partir du 15 juin, de permettre aux 12-18 ans d'aller se faire vacciner, dans des conditions sanitaires, des conditions de consentement et de bonne information des familles, éthiques, qui seront précisées dans les prochains jours. »

Emmanuel Macron

Une décision prise à la veille de la publication d'un avis de la Haute Autorité de Santé qui préconnise de proposer dès à présent la vaccination aux 12-15 ans disposant de comorbidités, et à ceux vivant avec des personnes fragiles. C'était déjà le cas pour les 16-17 ans. Pour la HAS, 

que la vaccination contre la Covid-19 puisse être proposée à tous les adolescents en bonne santé, dès lors que la couverture vaccinale de la population adulte sera suffisamment avancée, afin de diminuer la circulation virale, et de permettre aux adolescents de normaliser leur vie sociale et de maintenir leur accès à l'éducation, la HAS recommande 

Or, c'est précisément la grande difficulté rencontrée en Guadeloupe où la vaccination ne décolle pas. Ce mercredi, lors de la conférence de presse hebdomadaire de la préfecture sur la situation sanitaire, la directrice de l'ARS n'a pas manqué de le souligner

Un message que les autorités sanitaires auront malgré tout du mal à faire passer. Les réseaux sociaux et les conversations domestiques ont largement installé la méfiance au sein de la population. Une méfiance qui  bat en brèche tous les arguments scientifiques d'ici et d'ailleurs. Beaucoup de parents sont résolument contre la vaccination pour eux-mêmes et pour leurs enfants.

Les parents 

 

Et à la méfiance des parents répond sans peine celle des enfants. Très peu d'adolescents se sentent concernés par la vaccination.

Les collégiens

Sans risque de se tromper, on peut donc douter d'une immunité collective en Guadeloupe, en tout cas, pas de sitôt.