publicité

Addictions à la Drogue, à l'alcool ou aux autres produits sont des pratiques de plus en plus précoces chez les jeunes .

Un séminaire sur les addictions des jeunes lancé par le Corédaf et l’observatoire des inadaptations et des handicaps. un constat : les adolescents de Guadeloupe ont des pratiques de plus en plus précoces.

© Réussirmavie
© Réussirmavie
  • FJO et P. Pétrine
  • Publié le
C’est le constat est effectué le Coredaf le Comité de réflexion, de recherches, d'action et de formation qui organisait hier un séminaire en partenariat avec l’Observatoire des Inadaptations et des Handicaps  avec pour thème :  « Adolescents et Addictions »
Plus d’une cinquantaine de professionnels ;  travailleurs sociaux, éducateurs spécialisés à s’être déplacés pour participer à cet échange.
Le phénomène est considéré comme particulièrement dévastateur chez les adultes, mais aussi  aujourd’hui  de plus en plus chez les jeunes, il faut donc mieux les accompagner  tout en impliquant leur famille.

Florence Vincent, éducatrice spécialisée dans un Sessad


L'INSERM rappelle dans un dossier consacré à ce thème que :

Le cerveau de l’adolescent est plus vulnérable aux substances psychoactives que le cerveau de l’adulte. Il présente la particularité d’être dans un état de transition vers l’état adulte. Les processus de maturation cérébrale (qui se poursuivent jusqu’à environ 25 ans) entraînent une vulnérabilité exacerbée de l’adolescent vis-à-vis de la neurotoxicité des substances psychoactives en général. Une zone du cerveau, le cortex préfrontal, qui permet la prise de décision, l’adaptation du comportement à la situation, est plus particulièrement concernée par cette maturation à l’adolescence. Quel que soit le produit considéré, la précocité de l’expérimentation et de l’entrée dans la consommation accroît les risques de dépendance ultérieure et plus généralement de dommages subséquents.


L'étude menée par le réseau "Santé et actions", rappelle qu'il ne faut pas négliger le fait que les adolescents sont préoccupés par l’image de soi, les relations de sociabilité et les rapports au sexe opposé ; gérer la rencontre de l’autre et l’affirmation de soi sont les premiers enjeux, en attendant l’entrée dans le monde adulte. D’où l’importance des phénomènes économiques et culturels, des rituels de fêtes ou autres, qui organisent la rencontre des produits et les expériences sensorielles et transgressives qui les accompagnent.
Or, la plupart des travaux soulignent que chez les adolescents, une première expérience positive avec des substances psychoactives peut influencer l’évolution de la consommation, favorisant des consommations régulières puis, potentiellement la survenue d’une dépendance.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play