Antoine de Maximy présente son film "J’irai mourir dans les Carpates" au Cinéstar des Abymes

cinéma
antoine de maximy
©Nathalie Guyon - France 5

Connu pour parcourir le monde et s'inviter chez les habitants, Antoine de Maximy, l'animateur de "J'irai dormir chez vous", est actuellement en Guadeloupe pour présenter son nouveau long métrage "J'irai mourir dans les Carpates". Une fiction basée sur ses expériences au bout du monde.

Réalisateur, présentateur, caméraman, Antoine de Maximy est avant tout un globe-trotter, voire même un aimable squatteur. Et c’est en Guadeloupe qu’il a décidé de poser ses valises, le temps de nous présenter son nouveau long métrage. Un docu-fiction où il s’imagine "mourir dans les Carpates".

Dans "J’irai mourir dans les Carpates", Antoine de Maximy y joue son propre rôle. Parti tourner un épisode de "J’irai dormir chez vous" dans les Carpates, il est porté disparu après un banal accident de la route. Ses bagages sont retrouvés et sont rapatriés à Paris. La monteuse de son émission décide de visionner les quelques rushs qu’il a tourné en amont. Ces images seront la base d’une enquête policière.

Un film tourné en huit semaines et bouclé en moins d'un an

Comme à son habitude, il démarre le tournage seul sans budget ni acteur et le boucle en moins d’un an. Pour le mener à bien, il lance un financement participatif. Au total, 6 730 personnes ont contribué au financement du film.

"Au début, personne n’y croyait. Alors j’ai fait une grande tournée en France pour présenter mon projet. Dans des cinémas, dans des salles des fêtes, dans des théâtres même dans une église. Et on a récupéré 256 000 euros en cinq semaines, ce qui a permis de lancer la machine."

Antoine de Maximy

 

Les périples du globe-trotter à la chemise rouge sont toujours spontanés. Et des situations délicates, Antoine de Maximy en a déjà vécues pas mal.

"Je me rappelle d’une fusillade dans les Caraïbes, plus particulièrement à Sainte-Lucie. Des mecs qui se tirent dessus à coup de revolver, ce n’est pas rigolo mais heureusement, ça ne dure que quelques instants"

, se souvient le globe-trotter.

 

Et la Caraïbe, c’est un terrain qu’il connaît bien.

"J’ai déjà réalisé deux autres films en Guadeloupe. "Les danses du papillon", réalisé pour RFO. Un film sur le peuplement de la Guadeloupe avec Lydia Deshauteurs, qui a une école de danse. Je suis aussi passé en Guadeloupe pour un deuxième film, "L’arc de feu des Antilles". Un film sur tous les volcans qui ont fait les îles caribéennes."

Antoine de Maximy

 

Voilà 30 ans qu’Antoine de Maximy sillonne les routes de l’archipel guadeloupéen. Et c’est que l’homme à la chemise rouge y est attaché.

"J’y suis venu au moins quinze fois et ma fille y a suivi sa scolarité jusqu’au bac, explique-t-il. J’aime la Caraïbe et le côté quiétude des gens. C’est aussi une île rare en terme de paysages entre la Grande-Terre et la Basse-Terre."

 

Côté projets, il en a plein la tête.

"J'aimerais bien tourner un prochain film mais ce n’est pas vraiment la meilleure période. Aujourd’hui, nous sommes dans une situation compliquée où le cinéma est particulièrement touché"

, explique l'animateur routard de France 5.

Aucune ébauche n'est encore écrite mais il en est sûr, ce ne sera pas un film en lien avec "J’irai dormir chez vous".

"J'irai mourir dans les Carpates" est à l'affiche jusqu'au jeudi 11 mars au Cinéstar des Abymes, parc d'activité de la Providence
ZAC de Dothémare.