Attention aux méduses !

santé
Méduses à la Datcha
Méduse à la Datcha, Gosier ©E. Stimpfling
C'est le conseil que l'Agence Régionale de Santé donne en ce moment aux baigneurs à ceux qui fréquentent les plages de Terre de Haut, du Gosier et de Port Louis où de nombreuses méduses ont été signalées. Une occasion de rappeler la conduite à tenir quand on est piqué par elles

Visiblement les baigneurs ne sont pas les seuls à vouloir profiter librement et sans contraintes des plages de l'Archipel. Pour les méduses aussi, l'heure est au déconfinement. De nombreux signalements provenant aussi bien de baigneurs que de professionnels de santé qui ont été consultés pour cela, font état de la présence de méduses, notamment à Terre de Haut, au Gosier et à Port Louis. Ils ont incité l'ARS à lancer un appel de prudence aux baigneurs qui fréquentent ces plages. 

Les pompiers signalent d'ailleurs que, uniquement pour la journée du 30 octobre, ils ont effectué plusieurs interventions suite à des piqures de méduses : 
- A Gosier, l'anse Canot pour une femme de 17 ans.
- A Gosier, l'anse Tamarin pour un homme de 24 ans
-Terre de Haut,  Route Bois Joli pour une fille de 15 ans
-Terre de Haut,  Rue du Gouverneur Houel pour un jeune garçon de 11 ans
-Terre de Haut, Bourg pour un homme 37 ans
- Port Louis,  Rue Gambetta pour garçon de 4 ans 

Ce mardi sur la plage de la Datcha au Gosier, chacun y allait de son commentaire. 

©Guadeloupe
©Guadeloupe
Datcha 2
©E. Stimpfling

Conduite à tenir face à une forte présence des méduses

De manière générale, l'ARS recommande d’éviter la baignade dans les zones concernées. En cas de piqûres par les méduses, le baigneur doit immédiatement sortir de l’eau afin d’appliquer un traitement local suivant :

- Retirer les filaments visibles le plus délicatement possible à l’aide de gants, puis rincer abondamment à l’eau de mer afin d’enlever les restes de filaments non visibles ;
- Éventuellement si disponible, l’application de vinaigre peut neutraliser les effets de l’agent toxique ;
- Une autre technique consiste à piéger les filaments dans du sable mouillé puis à retirer le tout en raclant la peau avec un support rigide.
-Éviter d’aggraver la lésion en se grattant ou bien en versant de l’eau douce sur la zone douloureuse.

Et pour éviter toutes méprises en la matière, le Dr. Patrick Portecop, Responsable du SAMU 971 et du SMUR 971, précise à toutes fins utiles qu'il vaut mieux : 

- ne pas rincer la blessure à l'eau douce ni appliquer de solition alcoolique

- ne pas gratter ou toucher la plaie à main nue, cela pourrait engendrer la libération du venin 

- ne pas uriner sur la plaie, contrairement à ce que pense la tradition populaire, tout comme l'eau douce, cela peut faire éclater les cellules urticantes restantes et libérer le venin. Le risque de surinfection devient alors réel.

Des conseils que certains appliquent presque naturellement et ils abordent l'arrivée des méduses avec beaucoup de philosophie.
 

©Guadeloupe

 

En cas de doute, demandez conseil à la pharmacie la plus proche. En cas de complication, consultez un médecin sans tarder.