Avenir compromis pour la broderie de Vieux Fort

patrimoine
Broderie de Vieux Fort
La lente agonie des brodeuses de Vieux Fort. Leur local, qu’elles occupaient depuis plus de 40 ans, ne sera pas reconstruit. Un nouveau coup dur pour l’association, qui craint de voir disparaître un pan de notre patrimoine.
C’est un morceau du patrimoine guadeloupéen qui s’effondre sans bruit : les brodeuses de Vieux-Fort ne sont plus qu’une vingtaine. Elle sont installées depuis quelques semaines dans le hall de la mairie pour exposer leurs œuvres aux touristes de passage…
Pourtant, elles continuent de broder et même, de transmettre le savoir broder 
©guadeloupe

Une saison en demi-teinte et un moral dans les chaussettes..brodées ! Explication : leur local, occupé depuis près de quarante ans, ne sera pas reconstruit par le Conservatoire du Littoral, propriétaire du Fort  l’Olive . La maison des brodeuses, lieu de fabrication et d’exposition crucial pour leur activité, a été détruite par Maria.

Marie-Josée FISHER Présidente des Brodeuses de Vieux-Fort

Elles ne sont plus que 20, la plupart des femmes âgées. Les jeunes ne veulent pas apprendre le métier. Le conservatoire national du Littoral, avec la Région Guadeloupe, vont entamer une procédure pour reconstruire les bâtiments du Fort l’Olive dans leur configuration ancienne. 100 000 euros ont été débloqués

©guadeloupe


Mais cela va prendre du temps. Et en attendant les brodeuses s’interrogent.Elles  veulent même lancer une pétition pour que leurs espaces de travail leur soit rendu, sans attendre.