Coronavirus : l’ARS prévoit des vacances sous haute surveillance

coronavirus la guadeloupe
Conference de presse ARS 17 juillet
©Priscilla Romain
La fin de l’urgence sanitaire ne signifie pas la fin de la vigilance. C’est le message porté par l’ARS de Guadeloupe, ce vendredi 17 juillet. L'agence a présenté l’ensemble des dispositifs visant à un meilleur contrôle des déplacements entre la Guadeloupe et l’Hexagone.
La loi du 9 juillet 2020 organise la sortie progressive de l’état d’urgence sanitaire. En dehors de la Guyane et de Mayotte qui subissent encore une circulation active du virus, les autres territoires français reprennent une vie plus ou moins normale, mais encadrée par des mesures de sécurité transitoires (port du masque, test virologiques, etc).
 

Pas de test, pas de vacances

Cependant, pour les départements d’Outre-mer et à l’heure des grands mouvements typiques des vacances scolaires, la question du contrôle des arrivées aux frontières se pose de manière accrue. Première victoire, les échanges entre l’Etat, la Préfecture et l’ARS ont été fructueux et ont permis de rendre obligatoire la présentation du test PCR (virologique) négatif à l’embarquement. A compter du 18 juillet, tout voyageur dans l’incapacité de présenter son test ne pourra pas embarquer à bord de l’avion. De plus, ils devront y ajouter une attestation sur l’honneur qu’ils ne présentent pas de symptômes et n’ont pas été en contact avec un cas confirmé de Covid-19 dans les 14 jours précédant le vol.
 

RIPOSTE, toujours en poupe

Jamais la place du dispositif créé dans un premier temps en soutien à la plateforme du SAMU, n’aura été si cruciale. En plus de ses missions principales, elle inclut désormais un système de contact-tracing. « L’idée est que 7/7 nous soyons en lien avec les personnes qui s’avèrent être des cas positifs, en lien avec la CGSS, nous nous assurons qu’elles font des tests, respectent les mesures barrière ainsi que l’isolement.» explique Marlène Cieslik, pilote de la plateforme RIPOSTE. Il sera aussi possible pour les cas-contact ou les cas avérés de demander un hébergement gratuit à l’hôtel dans le cas où leur lieu de vie soit incompatible avec les mesures d’isolement. Grâce à ces différents outils, l’ARS veut créer un véritable tamis capable de préserver l’archipel du spectre de la deuxième vague.

La Directrice de l'ARS, Valérie Denux a également présenté au cours de la conférence de presse le point hebdomadaire Covid-19 qui fait état de 5 nouveaux cas importés par avion, soit 195 cas confirmés par test PCR en données cumulées. 

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live