Capesterre-Belle-Eau : coup de sang du maire après un nouveau blocage des écoles

éducation
serrure école Capesterre-Belle-Eau
©Olivier Duflo

Certains maires espéraient ouvrir les écoles ce lundi 15 mars, après plusieurs semaines d'arrêt en raison des grèves des agents affiliés à l'UTC-UGTG. Espoir déçu pour Capesterre-Belle-Eau, où les serrures des écoles ont été de nouveau collées malgré quelques avancées dans les négociations.

Les petits capesterriens devaient ce lundi retrouver les salles de classes dont ils sont privés depuis plus de deux semaines. C'était en tout cas l'ambition de la majorité municipale qui avait, selon le maire Jean-Philippe Courtois, donné aux agents grévistes quelques garanties pour une avancée positive des négociations.

Mais il n'en sera rien. Ce matin, les serrures des écoles de la commune ont été de nouveau collées ou bloquées. Là où elles ne sont pas dégradées, ce sont les agents non grévistes qui auraient été fortement encouragés à ne pas prendre leur poste, toujours selon le maire.

Rétropédalage de la mairie

Par conséquent, Jean-Philippe Courtois est nettement moins enclin à la négociation. Furieux, le maire de Capesterre-Belle-Eau a décidé de fermer les services de la municipalité. Pour lui, les agents de l'UTC-UGTG ne veulent pas établir des bases saines pour le dialogue social.

On ne peut pas bloquer les écoles alors que la majorité municipale a donné des garanties pour rédiger des arrêtés qui étaient en suspens depuis plus de 20 ans. Alors même que nous avions nous aussi exprimé notre volonté de participer à une amélioration des conditions de travail des agents. Nous sommes de bonne composition et en face, la parole donnée n'est pas respectée.

Jean-Philippe Courtois

La mairie ne ferme pas totalement la porte aux grévistes, car elle veut permettre le retour rapide des élèves à l'école. Pour rappel, d'autres communes, telles que Petit-Bourg et Pointe-à-Pitre ont aussi communiqué sur leur volonté d'ouvrir de nouveau leurs établissements scolaires en ce début de semaine, sans y parvenir.