publicité

La CCI souhaite une aide d’urgence à l’Etat face aux conséquences économiques des sargasses

650.000€ c’est le montant des pertes économiques liées aux algues sargasses dans les îles du sud et particulièrement à Capesterre de Marie-Galante, commune la plus touchée par les échouages. La CCI va demander une aide d’urgence à l’Etat.
 

Les bénévoles se réunissent chaque samedi matin. © N.Fadel
© N.Fadel Les bénévoles se réunissent chaque samedi matin.
  • P. Robert et E. Bagassien
  • Publié le
A combien sont estimées les pertes liées aux échouages de sargasses sur les côtes ?
Rien que pour Capesterre de Marie-Galante, le montant s’élèverait à 650.000€ selon la CCIG, la Chambre de Commerce et d’Industrie des îles de la Guadeloupe.
Un chiffre qui comprend les pertes de chiffres d’affaires, le matériel endommagé, la perte de clientèle…
Sans parler du fait que ces entreprises accumulent les retards de paiements de leurs dettes sociales et fiscales.
En attendant l’application des premières mesures annoncées par Nicolas Hulot, le ministre de la transition écologique, la CCIG a bien l’intention de saisir les pouvoirs publics pour réclamer des aides d’urgence

Eric Bagassien Guadeloupe La 1ère

Sur le même thème

  • Sargasses

    Les sargasses à l'ordre du jour d'Emmanuelle Wargon

    Après l’important dossier de l'eau, la secrétaire d’Etat à la transition écologique, Emmanuelle Wargon se rend ce samedi à la Désirade. Elle souhaite constaté sur place, les effets de l'échouage de Sargasses mais aussi, les moyens mis en oeuvre pour y pallier 

  • Sargasses

    Branle-bas de combat contre les sargasses

    Après les échouages massifs de cette fin de semaine. Le Conseil départemental a procédé aux ramassages des algues brunes sur le port de pêche de Saint-Félix, au Gosier, une nouvelle fois envahi. Ailleurs, les collectivités font face avec les moyens du bord pour freiner l'empact des sargasses

  • Sargasses

    Les sargasses ont (encore) envahi Terre de Bas

    La commune de Terre-Bas une nouvelle fois envahie par les sargasses. Mais cette fois  au-delà de la gène occasionnée pour naviguer autour et à proximité de la petite île de l’archipel des Saintes, le risque sanitaire est réel. 

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play