publicité

Le CGVT perd son combat judiciaire contre "La Classe"

Le Comité Guadeloupéen de Voile Traditionnelle, le C.G.V.T a été débouté par le tribunal d’instance de Pointe-à-Pitre de sa demande d’interdiction du Traditour qui débute aujourd’hui. Il devra même débourser 7000 en partie pour indemniser le préjudice qu’il a causé à ceux qu’il attaquait

© catherine le pelletier
© catherine le pelletier
  • S. Prudent
  • Publié le , mis à jour le
C'est un nouvel épisode dans la guerre qui oppose désormais de façon violente deux camps dans le monde la voile traditionnelle.
Le Comité Guadeloupéen de Voile Traditionnelle, le C.G.V.T, présidé par Georges Santtalikan a été débouté par le tribunal d’instance de Pointe-à-Pitre de sa demande d’interdiction du Traditour qui débute aujourd’hui.
Le C.G.V.T. devra même débourser 7000 en partie pour indemniser le préjudice qu’il a causé à ceux qu’il attaquait.

L’assignation en référé d’heure à heure, en date du 4 juillet dernier, du Comité Guadeloupéen de Voile Traditionnelle avait pour but d’obtenir l’interdiction du Traditour porté par la  nouvelle association « La Classe ». L’argumentaire du CGVT est simple,  la classe et sa compétition, sont en concurrence directe avec le Tour de la Guadeloupe de Voile Traditionnelle qu’il organise généralement à cette même période de l’année. Il s’agirait donc d’une concurrence déloyale selon le plaignant
Outre la tenue de la nouvelle compétition, Le CGVT a également demandé l’interdiction, aux dirigeants de la Classe, d’utilisation les mots « Tour de la Guadeloupe de Voile », « Canot Saintois » et « Classe des Canots Saintois traditionnelle » dans leurs actions de promotion. 
 Autant de requêtes qui ont été rejetées par le tribunal de Grande-Instance… à la fois sur le fonds et sur la forme… Le Tribunal a notamment retenu comme critère le fait que le Traditour a été officiellement autorisé par la Fédération Française de Voile et que le TGVT avait été lui-même annulé par ses organisateurs avant qu’il ne porte plainte. Au final, non seulement le Comité Guadeloupéen de Voile Traditionnelle, présidé par Georges Santtalikan Georges Santtalikan, n’obtient pas gain de cause, mais en plus il a été condamné à verser à ceux qu’il poursuivait la somme de 7000 euros, au titre du préjudice que son action leur a fait subir…                                              

Voir la décision du TGI : 1 530 981 171

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play