publicité

Le CHBT obligé de s'expliquer sur le décès d'une octogénaire

Une famille dont la mère et grand-mère a été hospitalisée au CHBT, a déposé plainte contre l’établissement hospitalier. La patiente n’aurait pas reçu les soins indispensables selon la famille
 

© Eric Stimpfling
© Eric Stimpfling
  • O. Lancien et Ch. Horn
  • Publié le , mis à jour le
La grande colère d’une famille. Elle dénonce la prise en charge par le Centre hospitalier de la Basse-Terre d’une de leur proche, la grand-mère âgée de 85 ans.
Emmenée d’urgence pour une suspicion d’accident vasculaire cérébrale, les médecins expliquent à la famille que c’est une simple infection urinaire. Mais l’état de santé de la patiente va vite se dégrader; elle est alors victime d'un AVC massif.
Epileptique et sous tutelle, la patiente doit être hydratée et se nourrir par intraveineuse. Elle ne peut pas s’alimenter autrement. Mais cette perfusion va être enlevée. Et il a fallu un bras de fer pour qu’elle lui soit remise.

​​​​​​​Karine Dumesnil, petite-fille de la patiente

Karine Dumesnil estime que l’on a décidé de laisser mourir sa grand-mère. La famille a d’ailleurs déposé une plainte.

Karine Dumesnil, petite-fille de la patiente

La Grand-Mère a été sortie de l’hôpital pour une hospitalisation à domicile. Elle est décédée 10 jours plus tard.
Nous avons contacté le CHBT qui nous a indiqué ne pas souhaiter s’exprimer compte tenu de la procédure judiciaire en cours.

Pour sa part, France Asso Santé Guadeloupe a réagi après l'annonce de cette affaire. La structure affirme que cet épisode démontre les difficultés pour les patients et leur famille de trouver une place dans le système de soins. Ils se sentent souvent « pas associés » aux décisions prises par le corps médical au détriment de la loi. 

Johanna Thomas, coordonatrice régionale de France Asso-santé Guadeloupe

​​​​​​​
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play