Christiane Taubira veut un "service public de santé à 30 minutes" des lieux de résidence

politique
Christiane Taubira
Christiane Taubira invitée de Guyane la 1ère au mois de mai 2021 ©Christophe Fidole
L'ancienne ministre de la Justice Christiane Taubira, qui envisage une candidature à l'élection présidentielle, a affirmé lundi vouloir que tous les citoyens aient un "service public de santé à trente minutes de leur lieu de résidence".

"Je propose qu'on construise une offre nationale qui garantisse à tous les citoyens un service public de santé à trente minutes de leur lieu de résidence", a-t-elle déclaré, lors d'un déplacement au centre hospitalier de Vierzon (Cher).

"Il faut tenir compte des conditions d'installation" des personnels de santé, en "augmentant les rémunérations", "pour que les personnes viennent" notamment dans les territoires ruraux, a-t-elle aussi préconisé, après avoir visité les urgences et la maternité de l'hôpital, accompagnée du maire PCF de la ville, Nicolas Sansu.
L'ex-garde des Sceaux de François Hollande a dénoncé "la baisse d'attractivité" des métiers du médical liée, selon elle, "à la rémunération et à une pénibilité de plus en plus grande".

"On ne lutte pas contre les déserts médicaux simplement avec des déclarations", a-t-elle lancé, visant le gouvernement et fustigeant "l'approche comptable" et "la pression mise sur les personnels".

"La santé doit être une des grandes sécurités individuelles et c'est une question sociale importante", a-t-elle encore martelé face à la presse.
Christiane Taubira a aussi déclaré qu'il fallait "arrêter la fermeture de lits (...) et en rétablir un certain nombre", alors que plus de 5 700 lits d'hospitalisation complète ont été fermés en 2020 dans les établissements de santé français, selon une étude du ministère de la Santé publiée fin septembre.

C'était le deuxième déplacement del'ancienne Garde des Sceaux consacré à la santé depuis l'annonce vendredi de sa candidature "envisagée" à la présidentielle d'avril 2022. Samedi, elle avait visité un centre de vaccination en Seine-Saint-Denis.