Circulation plus fluide, le pont de la Boucan déblayé par les gendarmes ce matin

social
La Boucan déblayée
©Gessy Blanquet
C'est très tôt ce mardi matin que les gendarmes ont entamé les opérations de déblaiement du pont de la Boucan, à Sainte-Rose. Le reste de la commune sera également débarrassé des encombrants, dans la journée. Des points de blocage subsistent en Guadeloupe, à Perrin, aux Abymes, notamment.

Depuis le mercredi 17 novembre, l'accès à Sainte-Rose, par le pont de la Boucan était obstrué par un barrage érigé par des manifestants. 
Une situation compliquée pour les habitants, aucun véhicule n'étant autorisé, pendant plusieurs jours à franchir l'axe routier. Un corridor étant placé pour permettre aux piétons de circuler. De l'autre côté de la commune, en direction de Deshaies, un autre barrage, à Sainte-Marie, empêchait également de quitter Sainte-Rose. 

Important dispositif des forces de l'ordre à la Boucan

Ce mardi 7 décembre, c'est vers 3h30 du matin que l'opération de la gendarmerie a débuté, avec un survol d'un hélicoptère des forces de l'ordre. 
Très vite, des blindés, des hommes armés, des engins mécaniques et des camions ont pris possession des lieux. 

Au petit matin, ce sont plusieurs camions, chargés de déchets et autres encombrants qui bloquaient le pont, qui ont quitté La Boucan.
Les opérations de déblaiement se poursuivent actuellement. La circulation n'est pas encore ouverte aux véhicules, mais pour les piétons qui traversent, une nouvelle fois le pont, ce matin, c'est un soulagement. 

Dans la journée, les nombreux autres barrages entre l'entrée de la commune et La Ramée, seront également nettoyés. Depuis le 17 novembre également, un blocage, dans la section de Bébel, empêche tout automobiliste d'emprunter la route. 

Des points de blocage subsistent

La circulation est "plus ou moins fluide" sur l'ensemble du territoire, a annoncé Routes de Guadeloupe, ce matin. Toutefois, des points de blocage subsistent. 

A Perrin, aux Abymes, le barrage érigé dans le giratoire est encore en place. 

Dans la région basse-terrienne, à Rivières des pères, depuis plusieurs jours, les manifestants et les gendarmes jouent au chat et à la souris. Le carrefour a plusieurs fois été bloqué, puis débloqué par les forces de l'ordre. Ce 7 décembre, la circulation reste difficile dans la zone.