Coronavirus : Les Îles Caïmans prévoient de tester chaque habitant du territoire

coronavirus
Test coronavirus
©FRANCK FIFE / AFP
Les Îles Caïmans pourraient très bientôt tester massivement leur population. Les autorités sont dans l'attente d'une cargaison de 200 000 tests de dépistage du COVID-19, en provenance de Corée du Sud. 
Les Îles Caïmans ont commandé 200 000 tests de dépistage du coronavirus à un fournisseur en Corée du Sud et prévoient de tester en masse les habitants.
 

Un plan de dépistage à grande échelle 

Le Premier ministre Alden McLaughlin l'a annoncé ce jeudi 2 avril. Les 200 000 kits commandés sont la clé de la prochaine étape de lutte contre le COVID-19 sur ce territoire d'outre-mer du Royaume-Uni. Une fois reçus, ils serviront à tester la population, à détecter et mettre en quarantaine tous les cas positifs. 
Le couvre-feu et les gestes barrières étaient la première phase du plan de lutte. Peu de dépistages avaient été réalisés jusqu'ici, en raison du manque de tests. 
 

61 559 tests et plus encore 

Une première cargaison de 1 700 tests doit arriver mardi 7 avril, du le Royaume-Uni. Alden McLaughlin compte, d'ailleurs, sur ce premier arrivage pour commencer à tester tout de suite et ainsi dépister les personnes se trouvant en première ligne : les policiers, les employés de supermarchés, tous ceux qui ont des contacts réguliers avec la population. 
Et il compte bien continuer sur la lancée avec les 200 000 kits attendus. "Quand nous serons en possession des tests coréens, nous aurons la capacité de tester chaque habitant, et plus encore" a t-il expliqué. Les Îles Caïmans comptent près de 61 559 habitants (source Banque mondiale). 
Alden McLaughlin et le gouverneur Martyn Roper n'ont pas manqué de rappeler aux habitants que les pays ayant réussi à gérer cette crise avaient imposé un couvre-feu strict et un plan de dépistage rigoureux. 

Ce choix de commander plus de tests que d'habitants s'explique aisément. "Il y a toujours des patients qui ont besoin d'être testés, pour s'assurer, par exemple, qu'ils sont guéris, avant d'être libérés de la quarantaine. De plus, ceux qui sont testés négatifs pourraient, plus tard, développer des symptômes et devront être testés à nouveau" a expliqué Roper.  
 

Difficultés d'acheminement

Le plus dur aujourd'hui pour les responsables politiques est d'acheminer ces kits de dépistage. "Tous les pays essaient de se procurer ces kits. Il est extrêmement difficile de les faire parcourir le monde entier, pour arriver jusqu'ici", a reconnu Roper. "Mais, nous y arriverons". 
Le territoire doit également recevoir 190 boîtes de gants, 600 masques chirurgicaux et 2 500 blouses médicales du Royaume-Uni. 
Ces mesures devraient avoir un impact positif. Les deux hommes politiques espèrent pouvoir éradiquer le COVID-19 du territoire assez rapidement. 
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live