CORONAVIRUS/ Les stations service de Guadeloupe fermeront à 14h00 désormais.

coronavirus
pompe à essence ;jpg
Les pompes seront en service demain
La fréquentation des stations service décroît jour après jour du fait de la consigne de confinement visant la majeure partie de la population. Les routes de Guadeloupe sont désormais pratiquement désertes. Dans ce contexte, les gérants décident de fermer les stations l'après-midi... sauf exceptions.
Les routes de Guadeloupe sont particulièrement désertes, désormais. Au fur et à mesure que la population prend conscience que le confinement peut être salvateur, face au coronavirus, les habitants respectent la consigne claire des autorités : "restez chez vous".
Conséquence : la rapide décroissance inédite de la fréquentation des stations-service, entre mardi matin et ce jeudi 19 mars 2020.
 

Fermeture dès 14h00 de la plupart des stations


C'est donc très logiquement que les gérants de stations-service, en lien avec les compagnies pétrolières, ont décidé de réduire l'amplitude horaire de travail des employés de la plupart des sites, qui n'ouvriront que le matin, de 7h00 à 14h00.
Il est tout de même prévu que certaines enseignes restent ouvertes 24 heures sur 24 ; une liste sera établie très prochainement et communiquée à la population.
 

Patrick COLLET, président du syndicat des gérants de stations service de la Guadeloupe, sur la fermeture à 14h00 :

 

La sécurité des personnels avant tout


L'autre priorité des acteurs du syndicat des gérants de stations-service est d'assurer la sécurité des personnels sur le terrain. Ainsi, les pompistes, notamment, devront impérativement porter des gants, des masques et avoir à disposition du gel hydroalcoolique, pour se laver régulièrement les mains.

Patrick COLLET, président du syndicat des gérants de stations service de la Guadeloupe, sur l'obligation de garantir la sécurité des personnes :


Une mesure exceptionnelle qui se justifie, selon Patrick COLLET qui, pour terminer, délivre un message important :

Ce qui est important, aujourd'hui, c'est la vie. Gagner de l'argent, la rentabilité économique... ça vient vraiment après. En tout cas, face au danger majeur, il faut que l'on se mobilise tous ensemble, il faut que nous soyons tous solidaires, tous sur la même longueur d'onde. Il faut que l'on se protège, les uns les autres, pour pouvoir réellement se battre contre ce virus.