Covid 19 : augmentation des naissances prématurées

coronavirus
Naissance prématurée
©Éric Stimpfling
La Covid-19 touche toutes les catégories d'âges et les femmes enceintes peuvent être concernées. Pour éviter les complications, les médecins sont contraints, dans certains cas, de procéder à des accouchements d'urgence. Les enfants naissent donc prématurément et sont mis en couveuse.

Il s'appelle Prince, il est né le 22 août à 23h57 au Pôle Mère-Enfant de Palais Royal. Et c'est là que Camélia, sa maman, a appris qu'elle était positive au Covid-19, après un test réalisé au moment de son admission.

Je suis asymptomatique donc je n'aurais jamais imaginé avoir ça. Ca a été un choc, mais comme je n'ai pas de symptômes et que tout va bien a priori, je ne me suis pas affolée plus que ça.

Camélia  Mellow-Gocoul

 

Camélia doit porter un masque afin d'éviter tout risque de contamination potentielle avec Prince. La jeune mère et son bébé, ont été placés dans une zone dédiée de la maternité, où ce trouvent également deux autres mamans positives au Covid-19. 

Le risque principal qui touche les femmes enceintes infectées c'est la décompensation respiratoire aigüe qui peut conduire à une naissance prématurée et éventuellement, une assistance respiratoire. C'est arrivé malheureusement à cinq de nos patientes ces dix derniers jours. Elles étaient toutes en deuxième partie de grossesse et se sont présentées pour des troubles respiratoires qui ont nécessité d'induire l'accouchement en général par césarienne parce qu'on a pas le temps de faire un déclenchement de manière à améliorer l'état respiratoire des patientes. S'il s'améliore et qu'on arrive à passer le cap, c'est gagné. Si malgré la naissance, l'état respiratoire de la patiente ne s'améliore pas, on va avoir recours à des soins de réanimation.

Olivier Parant - Chef du service gynécologie et obstétrique du CHU.

 

Ces cinq bébés nés prématurément, ont été pris en charge par le service voisin de néonatologie. Un seul était Covid +, âgé de 28 semaines à peine, il a été placé dans une chambre dédiée. Les cinq mamans, elles, ont été hospitalisées, certaines placées en réanimation.

Nous sommes inquiets par rapport au moment car l'épidémie se poursuit et ensuite aussi pour ses conséquences car il faut de la place pour s'occuper de ces enfants qui s'ajoutent à la prématurité habituelle que nous avons dans le service.

Dr Jean-Marc Rosenthal - Chef du service de néonatologie du CHU de Guadeloupe

 

Avant la pandémie, le service de néonatologie accueillait en moyenne deux à trois prématurés chaque semaine. Désormais, devant la recrudescence des cas de Covid de nouvelles chambres sont en cours d'aménagement et la capacité va passer de six à douze lits.

Les médecins préconisent aujourd'hui la vaccination pour les femmes enceintes et ce, à tout moment de la grossesse, une recommandation malheureusement peu suivie en Guadeloupe.

(Re)voir le reportage d'Éric Stimpfling