Crise sociale : une nuit plus calme mais toujours sous le contrôle de bandes organisées

social
Incendie chemin-neuf
©Gessy Blanquet
Nuit plus calme comparé aux soirées précédentes mais néanmoins agitée dans la région pointoise : barrages, affrontements, tirs à balles réelles contre les forces de l'ordre et incendie. Des initiatives des politiques seront prises dans la journée pour tenter d'ouvrir des négociations.

Situation toujours tendue après un week-end de mobilisation moins intense. Les barrages ont certes été levés à certains endroits mais la tension demeure encore très vive sur le terrain. Des affrontements ont notamment encore eu lieu hier soir, dimanche 21 novembre, dans l'agglomération pointoise. Un face à face entre individus encagoulés et forces de l'ordre. 

Des coups de feu à balles réelles ont encore été tirés à l'encontre des policiers et gendarmes sur place. On déplore également un nouvel incendie qui s'est déclaré aux alentours de 2 heures du matin dans le quartier de Chemin-neuf, au Carénage. Un feu que les sapeurs-pompiers viennent tout juste de circonscrire. L'incendie serait parti d'une habitation qui s'est propagé assez rapidement endommageant un restaurant et une autre maison abandonnée. Compte-tenu de la vétusté des habitations, le déblaiement a été très long selon le SDIS de Guadeloupe. On ignore pour l'heure l'origine du sinistre. 

Incendie chemin-neuf
©Gessy Blanquet

La ville de Petit-Bourg a également fait l'objet de violences urbaines et de nombreuses scènes de pillages. L'ancien maire aujourd'hui conseiller départemental, Guy Losbar, s'indigne de ces événements et estime que "la violence n'a jamais rien réglé" même s'il comprend le mal-être du pays. 

Pointe-Noire a également fait face à de nombreuses exactions dès ce matin au carrefour de Mahault, qui reste impraticable à l'entrée de la route des Mamelles. 

Aux Abymes, le rond-point de Perrin prend des airs d'apocalypse. Personne à l'horizon sauf des détritus qui jonchent le sol et bloquent le passage.

A Petit-Bourg, plus précisement au rond-point de Montebello, un barrage filtrant a été mis en place. Les militants présents aux abords du barrage, laissent passer toutes les 20 minutes les personnels de santé ainsi que les personnes ayant besoin de soins médicaux.

Rond-point de Montebello
©Gessy Blanquet

Sainte-Rose est verrouillée et n'est pas en reste dans ces violences urbaines. Au coeur de la Boucan, des carcasses de voitures viennent renforcer les barrages.

Sainte-Rose la Boucan
. ©Ludivine Guiolet-Oulac

Dans le sud Basse-Terre, ce sont des acteurs de la santé impuissants par rapport à l'évolution des choses. Des barrages dans les communes de Trois-Rivières, Baillif et Vieux-Habitants sont toujours en place, avec les conséquences que vivent les automobilistes de la région.

Barrages à Vieux Habitants
Vieux-Habitants est en proie à des exactions lundi 22 novembre ©Thierry Philippe

Conséquences de ces exactions : les écoles, collèges et lycées sont restés fermés ce lundi 22 novembre. Principes de précaution rappelle le rectorat de Guadeloupe dans un communiqué.

La préfecture et la sous-préfecture, respectivement situées à Basse-Terre et Pointe-à-Pitre, "seront exceptionnellement fermées" ce lundi, indiquent les services préfectoraux dans un communiqué.

Onze interpellations au cours de la nuit

Au cours de la nuit, 11 interpellations ont été réalisées indique la préfecture à travers un communiqué. La préfecture note que les exactions continuent à cibler des commerces alimentaires et à dégrader les axes de circulation dans le but d’accentuer la dégradation des conditions de vie de la population guadeloupéenne. Cette nuit, les forces ont notamment constaté que des clous
étaient jetés sur les chaussées à l’approche de certains barrages.

Communiqué de presse sur les violences urbaines de la soirée

 

Matignon mise sur le dialogue avec les élus ce lundi

Pour tenter d'ouvrir des négociations, des initiatives seront prises dans la journée. Le Premier ministre Jean Castex, accompagné du ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu et du ministre de la Santé Olivier Véran, doit recevoir lundi à 13 heures (ou à 18 heures, heure locale) des élus de l'archipel afin, a déclaré Matignon à l'AFP dimanche, de leur permettre "d'exposer leur analyse de la situation sur place". La réunion doit aussi permettre "un dialogue sur les conséquences de l'obligation de vaccination pour les soignants et les pompiers."

Le point sur les barrages à 8 heures

Nous sommes dans une situation de blocage extrême. La Guadeloupe est totalement hermétique.

Sully Pandolf, directeur des routes de Guadeloupe

 

Selon Trafikera, de nombreux axes restent ou sont de nouveau bloqués par des barrages souvent en feu, entravant la circulation.

Trafic du 22 novembre 2021
©Trafikera

 

Trafic du 22 novembre 2021
©Trafikera
  • RN1 hermétique entre Basse-Terre et Pointe-à-Pitre en passant par Capesterre-Belle Eau 
  • Capesterre : Kassaverie, îlet Pérou, Montébello
  • RN2 : Basse-Terre, de Rivières des Pères jusqu'à Pointe-Noire et Côte sous le vent
  • Route des Mamelles
  • Abymes : Rond-point de Perrin
  • Gosier : Grand-Bois, Mare-Gaillard, Mare-Café
  • Sainte-Rose : Pont de la Boucan, Morne-Rouge, Bébel
  • Petit-Bourg : Montebello