Crise sous haute tension : les sapeurs-pompiers en première ligne de l'épidémie

coronavirus
pompiers intervention
©Ludovic Gaydu
Dans un contexte sanitaire dégradé, les sapeurs-pompiers sont en première ligne de la bataille menée contre l'épidémie de Covid-19. Ils connaissent une forte croissance de leur activité. Ils se sont organisés pour la gérer et aider à sauver des vies. Reportage.

8h, ce dimanche 22 août 2021, la relève arrive au centre de secours principal de Perrin. Certaines équipes partent aussitôt en intervention. Pour les autres, l'attente ne sera pas bien longue, les opérateurs reçoivent déjà de nombreux appels dont plusieurs dont libéllés COVID. Ils se chargent alors de faire un premier tri dans les appels.

Nous intervenons en fonction des symptômes. Nous avons un protocole à suivre. Dès qu'il y a une suspicion Covid, on fait une régulation avec un médecin.

 

Au centre de traitement des appels d'urgence, on reçoit les papels de secours pour toute la Guadeloupe. Chaque jour les pompiers effectuent 150 interventions dont un tiers concernent le Covid. Ce dimanche matin, sur 38 interventions 17 concernaient le Covid. Rapidement, l'un des véhicules de secours d'assistance aux victimes (VSAV) est mobilisé sur une intervention. Direction le Raizet aux Abymes, pour une suspicion COVID. La femme de 75 ans, hypertendue est en détresse respiratoire. Alors qu'un pompier se met en tenue réglementaire pour commencer l'examen de la victime, sa collègue reste, elle, à bonne distance, en liaison avec le SAMU.

Il faut toujours rendre compte. On fait l'intervention, on prend les constantes, et quand la personne est en désaturation, c'est le SAMU qui intervient avec nous.

Shirley, Sergente Cheffe d'Agrès

 

Plus de doute, pour cette victime, il s'agit du COVID. Elle sera conduite aux urgences du CHU. De retour à la caserne, le véhicule doit être préparé pour sa prochaine intervention.

Nous allons désinfecter le véhicule entièrement, tout ce que la victime aurait pu toucher, qui peut contaminer quelqu'un d'autre. C'est le rôle de l'équipier. On laisse s'écouler 45 minutes avant de le remettre en disponibilité.

Sergent Dominique Rogers

 

Les sapeurs pompiers sont préparés à ce type de mobilisation.

Il est vrai que sur une longue période, nous n'avons jamais vu autant d'activité. En tout cas pour les ambulances. Mais nous sommes habitués à vivre ce genre situations, ponctuellement avec des intempéries ou des interventions détachées hors du département. Nous connaissons les fortes pressions et les activités opérationnelles très importantes.

Lieutenant Alix Adin

 

Récemment un bataillon de renforts arrivé de l'Hexagone est venu prêter main forte aux pompiers de Guadeloupe, et d'autres sont attendus dans les jours qui viennent.

Pour (re)voir le reportage de Claudia Ledézert et Ludovic Gaydu