Cuba : les pompiers commencent à prendre la mesure de l'incendie du dépôt pétrolier

océan atlantique
Cuba :  les feux dans deux des quatre réservoirs en proie aux flammes sont pratiquement maîtrisés
Les feux dans deux des quatre réservoirs en proie aux flammes sont pratiquement maîtrisés. ©ERNESTO MASTRASCUSA / POOL EFE
Les pompiers cubains commencent à prendre la mesure du gigantesque incendie d'un dépôt pétrolier à l'Est de La Havane, les feux dans deux des quatre réservoirs en proie aux flammes sont pratiquement maîtrisés, ont indiqué, ce mercredi, 10 août, les secours.

L'un des réservoirs "est pratiquement éteint", a déclaré à la télévision nationale un pilote cubain qui a survolé le dépôt mercredi matin. "Aujourd'hui, nous allons y mettre la touche finale", a-t-il ajouté. 

Selon les images tournées par cet hélicoptère de la marine mexicaine, l'incendie d'un deuxième réservoir crache moins de fumée et de flammes que les jours précédents. 
Une fumée toujours aussi dense et noire, rendant la visibilité difficile, s'échappe cependant de deux autres réservoirs d'une capacité de 52 millions de litres mais les colonnes de flammes s'élevant dans le ciel semblaient également moins hautes, mardi.  
"Le travail a été efficace", a ajouté le pilote cubain en référence aux efforts pour contenir le feu à distance du groupe de quatre autres méga-réservoirs du dépôt, situés à 150 mètres du brasier. 

Un navire anti-incendie de la marine mexicaine projette de l'eau à 150 mètres de distance et cinq hélicoptères effectuent d'incessants largages. Au loin, le panache de fumée s'élevant dans le ciel paraît plus clair, ont constaté des journalistes de l'AFP. 

Un pompier tué et 14 disparus


Le sinistre a débuté vendredi soir quand la foudre a frappé un premier réservoir du complexe pétrolier situé dans la banlieue de Matanzas, ville de 140 000 habitants. Le feu s'est propagé aux autres réservoirs contenant du gasoil ou du pétrole brut. 
Un pompier a été tué et de 14 disparus, selon un bilan provisoire. Vingt personnes sont toujours hospitalisées sur les 128 blessées. 

Mardi, le président Miguel Diaz-Canel a déclaré à la presse qu'avec les avancées réalisées "nous serons en mesure d'aller récupérer les victimes". 
"Ce sera un moment très difficile" pour lequel "nous devons être préparés et apporter notre soutien à ces familles", a-t-il ajouté. 
La centrale thermoélectrique voisine d'Antonio Guiteras, alimentée en combustible par un pipeline provenant de ce dépôt, a été remise en service mercredi après deux jours d'arrêt, permettant de limiter les coupures d'électricité dans tout le pays qui fait déjà face à une pénurie de production.