publicité

Des déchets rentables pour l'économie de la Guadeloupe

Le recyclage de nos ordures compte actuellement 16 filières et 900 emplois. Mais on peut en créer au moins 4 fois plus, selon la Région, qui a entamé hier l’élaboration de son Plan de prévention et de gestion des déchets de Guadeloupe

  • La 1ère Guadeloupe
  • Publié le , mis à jour le
Selon les directives de la loi NOTRé, (Nouvelle Organisation Territoriale de la République), la Région Guadeloupe doit se doter d'un Plan régional de Prévention et de Gestion des Déchets. Son élaboration a débuté hier, à la Cité des Métiers du Raizet aux Abymes. La collectivité a réuni de nombreux acteurs, privés et publics, pour une concertation qui permettra à terme de produire un document visant à encadrer la politique locale en matière de gestion des déchets. Le volet valorisation, ou recyclage de ces déchets sera également intégré au plan, avec de belles perspectives en matière de création d'emplois. 
Voir (ou revoir) : 
LA GUADELOUPE FACE A SES DECHETS


Après une première journée consacrée hier aux déchets dangereux et non dangereux, la réflexion portera demain (jeudi) sur la gestion des déchets du BTP, avec notamment la problématique du traitement de l'amiante.

En Guadeloupe un habitant produit chaque année 597 kg de déchets. La gestion de ces déchets ménagers et assimilés coûte en moyenne 179 euros par habitant contre 93 euros à l'échelon national. Une dépense couverte en moyenne à 80% par la taxe d'enlèvement des ordures ménagères

Sur le même thème

  • environnement

    L’abeille mélipone passée au crible

    Depuis juillet 2017, François Meurgey sillonne la forêt basse-terrienne, et les arbres creux, à la recherche de colonies de mélipones. Cet entomologiste, spécialiste des abeilles, réalise durant 18 mois (jusqu’en décembre 2018) une étude sur cette petite abeille sauvage, endémique de la Guadeloupe

  • environnement

    Les parkings des immeubles de Mortenol envahi par les eaux usées

    Les locataires des immeubles Mortenol nord et sud à Pointe-à-Pitre sont confrontés à des nuisances olfactives récurrentes. Les anciens parkings reçoivent les eaux usées des résidents et forment des flaques aux odeurs nauséabondes. Cap Excellence tente de résoudre le problème.

  • environnement

    Une taxe pour l'autofinancement du Parc national

    Depuis le 1er janvier, une taxe allant de 1 euro à 1 euro 40 s’applique sur les excursions au sein du Parc national, et notamment dans le Grand-Cul-de-Sac Marin. Elle est destinée à financer l’entretien des sites naturels.

L'actualité 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play