Défi "Janvier sans alcool" : chiche !

consommation
Mois sans alcool
Plusieurs Guadeloupéens ont décidé de se lancer un défi, qui se révèle salvateur dans bien des cas : passer un mois sans boire une goutte d’alcool. L’opération "Janvier sans Alcool", ou "Dry January", vient en effet de débuter.

Ne pas boire d’alcool, pendant tout le mois de Janvier : c'est l’objectif de la campagne du "Mois sans alcool", qui a débuté samedi dernier, le 1er janvier 2022.
Lancé pour la troisième année consécutive, en France (sur le modèle de l’opération semblable, initiée depuis 2013, dans le monde anglo-saxon, intitulée le "Dry january"), ce défi est l’occasion de faire une pause, dans sa consommation d’alcool, afin d’évaluer si l’on peut facilement s’en passer, ou non.

Un pause après des fêtes parfois très arrosées

La période est propice (n'est-ce-pas ?), pour faire une pause sans alcool.
A Noël, puis à la Saint Sylvestre, nombreux sont ceux qui ont levé le coude plus d'une fois.
Après ces fêtes bien arrosées, une petite cure de jouvence ne fera pas de mal aux corps.

La consommation d'alcool en Guadeloupe

Il faut savoir qu'en Guadeloupe, la consommation quotidienne d’alcool, chez les personnes de 17 à 75 ans, est inférieure à la moyenne relevée dans l’Hexagone.
Par contre, la prévalence de l’expérimentation d’alcool, chez les jeunes de 17 ans, est supérieure chez nous : 91% en Guadeloupe, contre 85,7% outre-Atlantique.
Par ailleurs, la population de l'archipel consomme plus fréquemment des alcools forts, dons les effets délétères sont majeurs.

Et les choses ne s’améliorent pas, car la pandémie de Covid-19 aurait occasionné une hausse de la consommation d’alcool, selon les acteurs de santé et de prévention, surtout durant les périodes de confinement.

Ainsi, face à ce phénomène croissant, le "Mois sans alcool" tombe à point nommé.

Une opération aux bienfaits multiples

Si le but du "Dry January" n'est pas de faire arrêter l’alcool, aux consommateurs, il incite les personnes à ralentir leur consommation, pendant quatre semaines.
Pour Claude Rambaud, vice-président de la fédération d’associations "France Assos Santé", "l'idée, c’est d’essayer de faire cette pause, mais la campagne ne se veut pas du tout moralisatrice : chacun peut essayer de mesurer son rapport à l’alcool, durant ce mois".

Ce type de campagne fait de plus en plus ses preuves, en matière de santé publique.
Au lieu de mettre l’accent sur les risques que représentent les boissons alcoolisées, on insiste ici sur les avantages à ralentir sa consommation.
Les participants sont aussi stimulés, par un défi qui rassemble de nombreuses personnes, sur le même laps de temps.

La règle de ce défi est simple : ne pas boire d’alcool durant 31 jours.

Et, puisqu'aucun bon point n'est attribué, il appartient à chacun de faire un choix personnel, avec ses propres objectifs et de constater les effets de sa participation.
Il peut s'agir de kilos en moins, de regain d'énergie, d'amélioration du sommeil, d'une cure de jouvence pour la peau, d'un foie moins sollicité, d'une vie sans "gueule de bois", d'une réduction de l'anxiété et des sautes d'humeur...

Vous êtes convaincu ? Si vous pensez avoir besoin d'être accompagné, vous pouvez cliquer ici !