Démissions en cascade au conseil municipal de Terre-de-Haut

politique
Mairie de Terre-de-Haut
Mairie de Terre-de-Haut ©TDH
Quatre démissions au sein de la majorité municipale de Terre-de-Haut. Les élus qui renoncent à leurs mandats évoquent un profond malaise, notamment au sein des femmes de l'équipe.

Que se passe-t-il à Terre-de-Haut ? La petite commune de l'archipel des Saintes semble secouée par une vague de contestation. Quatre élus municipaux de la majorité ont démissionné de leurs fonctions dont le premier, deuxième, et troisième maires-adjoints.

Les conseillers en question évoquent un malaise au sein de l'équipe et pointent du doigt le premier magistrat.

Alors se dirige-t-on vers une nouvelle élection municipale à Terre-de-Haut ?

Il est un peu tôt pour le dire, mais rien n'est moins sûr... Il est évident que la majorité est en train d'imploser, ça se fissure de partout.

Tout est parti d'une AOT, une autorisation d'occupation temporaire donnée par Hilaire Brudey à l'un de ses conseillers, "par simple sms", "pour le compte de sa société", selon les conseillers démissionnaires. Ces derniers accusent l'édile d'avoir ensuite "ordonné le même jour dans l'urgence la rédaction et la conclusion" de cette autorisation. Une violation de la loi, s'expriment-ils. 

Dans ce document, les conseillers pointent du doigt "des irrégularités dans la gestion des affaires de la commune" et les mots sont forts. 

Mais à entendre la première adjointe à l'origine d'un manifeste qui circule sur les réseaux sociaux et qui met en évidence les manquements et autres travers du maire, le malaise est beaucoup plus profond. C'est pour cela que, selon Marie-Paul Lassalle, ancienne première adjointe, d'autres démissions pourraient intervenir. 

Marie-Paul Lassalle, ancienne première adjointe de Terre-de-Haut


Reste à savoir si Hilaire Brudey peut encore garder la main et tenir ses troupes. Il y a une colère grandissante qui s'exprime, avec pour effet, plusieurs démissions. Lui se dit surpris... 

Hilaire Brudey, maire de Terre-de-Haut

Et à ce rythme, si l'opposition se décide à entrer dans la danse et à faire le jeu des frondeurs, il n'est pas exclu que les Saintois de Terre-de-Haut puissent, dans les prochains mois, retourner aux urnes afin d'élire une nouvelle équipe.