Des agents de l'Etablissement français du sang, opposés à l'obligation vaccinale, en grève

social
Grève EFS
©Eddy M. Golabkan
Les agents non vaccinés de l'Etablissement français du sang, sont eux aussi concernés par les mesures de suspension au regard de l'obligation vaccinale. A partir du 1er mars, ils intégreront la liste des soignants concernés par cette mesure. Aujourd'hui, ils font grève.

Depuis ce matin, les agents affiliés au syndicat UTS-UGTG de l'Etablissement français du sang sont en grève. Ces personnels sont mobilisés contre l'obligation vaccinale et contre les suspensions des contrats et des rémunérations, au regard du statut vaccinal des agents. Des suspensions qui devraient débuter à partir du 1er mars, soit dans un peu plus d'une semaine. 

Des grévistes qui estiment ne pas être soumis à l'obligation vaccinale 

Ils sont déterminés à faire entendre leur voix. Ils étaient une dizaine devant les grilles fermées du centre, ce lundi matin, opposés à l'obligation vaccinale.

Ils ont donc voulu marquer le coup... Si dans un premier temps, ils empêchaient l'accès aux bâtiments, empêchant notamment aux donneurs de s'y rendre, ils ont finalement choisi d'y renoncer. Le camion de l'EFS n'a pu, cependant, effectuer de collecte mobile. 
Un service minimum a également été mis en place, afin d'assurer l'activité. 
Parmi eux, plusieurs ont déjà reçu leur lettre annonçant leur suspension. Car, ils estiment ne pas être concernés par cette obligation vaccinale des soignants

©Guadeloupe


9 agents suspendus selon la direction de l'EFS, 25 selon l'UTS-UGTG

Pour la direction de l'établissement, c'est un mouvement qui tombe mal, vu l'état des lieux des réserves de sang, explique Stéphane Bégué, directeur de l’Etablissement français du sang Guadeloupe-Guyane qui ajoute n'avoir pas été prévenu de cette grève générale. 

Je pense aux patients, je pense aux gens qui ont besoin de sang et qui ont besoin d'être soignés. D'une certaine manière, cette grève complique beaucoup notre activité de transfusion en Guadeloupe. 

Stéphane Bégué, Directeur de l’Etablissement Français du Sang Guadeloupe-Guyane

Il estime ne pas avoir le choix. L'EFS est concerné par l'obligation. Après plusieurs reports, il semble difficile, selon la direction, de surseoir plus longtemps la mesure. Même si elle s'est engagée à poursuivre le dialogue sur les modalités pour se mettre en conformité. 9 personnes sont concernées par les suspensions, a indiqué Stéphane Bégué. Pour le syndicat, ils seraient 25.

©Guadeloupe

A l'issue d'une réunion entre les deux parties en fin de matinée, il s'est porté volontaire afin de rencontrer le nouveau directeur de l'Agence régionale de santé, Laurent Legendart, l'organisme de tutelle de l'EFS, afin d'évoquer la situation. 
Le personnel gréviste reste mobilisé.