Disparité de l'impact sanitaire de la Covid-19 dans la Caraïbe

coronavirus
coronavirus

Un an après la reconnaissance de pandémie, en raison de la circulation sur tout le globe du coronavirus détecté à Wuhan, faisons le point sur son impact sanitaire dans la Caraïbe. Les territoires sont diversement touchés. Six n’ont encore enregistré aucune perte humaine, notamment la Dominique

Le Samedi 30 janvier 2021, c'était l'anniversaire de la déclaration de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) relative à une "urgence de santé publique de portée internationale", suite à l’apparition de la Covid-19, à Wuhan, en Chine.
En un an, 100 millions de personnes ont contracté le virus, à travers le globe. Celui-ci a tué plus de 2 millions d'individus, sur la planète.

Dans la Caraïbe, près de 450.000 cas et 6.626 décès ont été recensés.
Tous les territoires sont touchés, dans la zone, mais pas dans les mêmes proportions. Ainsi, 12 mois après la déclaration de pandémie, six îles n’ont encore enregistré aucune perte humaine. Parmi elles, la Dominique.

Six territoires relativement épargnés

Dans les îles de Saba, Montserrat, Anguilla, Saint Eustache, Saint Kitts et la Dominique, on ne déplore aucun décès, dus à la Covid-19, à ce jour. Et on croise les doigts pour que cela dure !
Les autorités de ces territoires n'ont, par ailleurs recensé que très peu de cas de contamination, soit 117 au total à la Dominique, 37 à Saint Kitts, ou encore 6 à Saba.

On est bien loin des 208.000 cas et près de 2.600 morts, comptabilisés en République Dominicaine. Ce pays cumule, à lui seul, près de la moitié des cas et des pertes, de la Grande région Caraïbe.

Taux de mortalité moindre que la moyenne mondiale

Globalement, le taux de mortalité moyen, dans la Caraïbe, est de 1,4% ; il est légèrement inférieur à la moyenne mondiale.

Mais, là aussi, derrière cette moyenne se cachent des réalités disparates. Ces différences s’expliquent, en grande partie, par le degré de sévérité des mesures imposées, leur timing et leur respect par les populations.

A ce titre, la Dominique a été saluée, pour ses excellents résultats. Le bon élève, quant à l'application des mesures barrières, n’en a pas été récompensé pour autant.
Le week-end dernier, dans une intervention radio-télévisée au ton grave et solennelle, le premier ministre, Roosevelt Skerrit, a indiqué qu’il espérait pouvoir commencer la vaccination, en avril prochain, dans le meilleur des cas.
Le fait est que, pour l’heure, à l’image de la quasi-totalité des pays de la Caraïbe, la Dominique n’a pas pu se procurer la moindre dose de vaccin.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live