Doutes quant à l'efficacité des tests, pour détecter Omicron à temps

coronavirus
Tests antigéniques
©R. Defrance
Deux jours d’incubation seulement, au lieu de quatre, pour le Delta. Le variant Omicron va compliquer les dépistages, car les tests actuels ne détectent le virus que cinq jours après l’infection.

Omicron est désormais majoritaire, dans l’Hexagone et est bien présent, dans nos îles de Guadeloupe, Saint-Martin et Saint-Barthélemy.
Et on en sait un peu plus, sur ce variant du coronavirus.

Selon une étude réalisée par les chercheurs de la "John School of Medecine", aux Etats-Unis, avec la nouvelle souche, les premiers symptômes n’apparaissent que deux jours seulement après la contamination ; bien plus tôt, donc, que pour le variant Delta.
Or les dépistages ne sont en général réalisés que trois à cinq jours après l’infection.
Les tests actuels ne seraient donc pas adaptés, d’après ces scientifiques. 

Omicron est un variant qui se dévoile d'étude en étude. Et cette nouvelle découverte pourrait remettre en question les techniques de dépistage. Selon, donc, ces chercheurs américains, les différences entre Omicron et Delta sont notables, pour ce qui est, entre autres, du processus infectieux.

Sa durée d'incubation est de deux jours, contre un peu plus de quatre, pour son prédécesseur, par ailleurs, toujours majoritaire dans le département ; cette réalité, justement, pose problème pour détecter la présence d'Omicron, puisque les tests de dépistage actuellement sur le marché ne permettent de déceler une contamination que cinq jours après l'infection.
Ainsi, si les premiers symptômes se manifestent pour cette nouvelle souche seulement deux jours après, le test effectué pourrait bien ne pas être valable.

Autant dire qu'il faut s'attendre à une multiplication de cas faussement négatifs.

Bien plus contagieux que Delta, Omicron circulerait incognito, avant même un diagnostic.

Pour rappel, le variant Omicron est déjà présent dans 46% des prélèvements en Guadeloupe, 67% à Saint-Martin et 88% à Saint-Barthélemy. D'autres cas suspects sont en attente de confirmation.