Eau : 10 jours avant la mise en place du SMO eaux et assainissement de la Guadeloupe, selon le calendrier annoncé

consommation
SIAEAG
Le 01/09/2021, le SMO des Eaux et Assainissement de la Guadeloupe doit se substituer à l'actuel SIAEAG.
C'est le 1er septembre 2021 que le Syndicat Mixte Ouvert (SMO) des Eaux et Assainissement de la Guadeloupe doit se substituer à l'actuel SIAEAG. Avant cette échéance, un président doit être élu. Par ailleurs, plusieurs questions restent en suspens.

Dans 10 jours, nous serons le 1er septembre 2021, jour arrêté de l'échéance pour la mise en place du Syndicat mixte des eaux et assainissement de la Guadeloupe.
La commission pour la préfiguration technique a déjà livré ses travaux.
Le président de ce Syndicat mixte ouvert (SMO) devrait être élu, au cours de cette semaine.
Certaines questions restent, quoiqu'il en soit, à régler définitivement.

Election d'un président

On devrait, cette semaine, procéder à la mise en place du conseil d'administration et à l'élection du président du Syndicat mixte ouvert de l'eau. Un leader certainement de consensus, entre le Département et la Région.
Deux noms circulent : ceux du maire de Trois-Rivières, Jean-Louis Francisque et du maire de Goyave, Ferdy Louisy. Ce dernier est d'ailleurs l'actuel président du Syndicat intercommunal d'alimentation en eau et d'assainissement de la Guadeloupe (SIAEAG).

Les communautés d'agglomération ainsi que le Département et la Région ont déjà adopté les délibérations signifiant leur adhésion au syndicat mixte des eaux et assainissement de la Guadeloupe et désigné leurs quatre membres respectifs, qui doivent siéger au conseil d'administration.

L'heure tourne

Avant la date, définitive et capitale, du 1er septembre, certaines conditions pour la mise en place de ce SMO sont déjà plus ou moins remplies, notamment la liquidation des régies, sauf les délégations de service public (DSP) dont on attend la fin de contrat. La liquidation définitive du SIAEAG devrait intervenir d'ici peu.

Dans un récent courrier, le préfet a rappelé aux élus et institutions concernées, la nécessité de respecter les termes de la loi, le 31 août, au plus tard.

Avant le 1er septembre, reste à régler le transfert du personnel, soit près de 500 agents, vers le nouveau syndicat. Une procédure qui doit se faire avec l'harmonisation de leurs statuts.

Autres questions importantes : la liquidation des dettes bancaires des fournisseurs et le choix des représentants des usagers, à la présidence du conseil de surveillance.
Ces derniers demandent un report de l'échéance du 1er septembre.

Les signataires de l'accord de 2009, portant sur la création d'un syndicat unique de gestion de l'eau considèrent, de leur côté, que la création du SMO ne règle en rien la problématique de l'eau en Guadeloupe.