EAU : les premières factures du SMGEAG arriveront début février

consommation
Lancement de la facturation du SMGEAG
Lancement de la facturation du SMGEAG - conférence de presse du 28/01/2022 ©Daniel Querin
Le nouveau Syndicat mixte de gestion de l'eau et de l'assainissement de Guadeloupe annonce une reprise en main de la facturation. L'opérateur avait promis de s'attaquer aux coupures, mais aussi de mettre de l'ordre dans le système de ces facturations, opaque et irrégulier, selon de nombreux usagers

Cela fait cinq mois que le Syndicat mixte de gestion de l'eau et de l'assainissement de la Guadeloupe (SMGEAG) a repris l'ensemble des missions du service public de l'eau et de l'assainissement collectif et non collectif, sur l'ensemble de l'archipel, conformément à la loi du 29 avril 2021.
Durant cette période, ce nouvel opérateur a notamment œuvré à la détection et de la réparation de quelques-unes des nombreuses fuites sur le réseau. Ainsi, les coupures, au détriment des usagers, sont moindres désormais.
Selon son président, Jean-Louis Francisque, "les équipes du SMGEAG mettent tout en œuvre, au quotidien, pour assurer la continuité du service et donner une nouvelle image positive du service public de l'eau et de l'assainissement, en Guadeloupe".

Le SMGEAG s'estime donc légitime de lancer ses opérations de facturation. C'était l'objet de la conférence de presse organisée ce vendredi 28 janvier 2022.

Mise en place de la facturation

Les premières factures du SMGEAG arriveront aux abonnés, dès la semaine prochaine... mais l'ensemble du territoire ne sera pas concerné d'emblée. Dans un premier temps 85000 abonnés seront concernés, soit la moitié du parc du syndicat.
Chacun en recevra trois par an, soit tous les quatre mois.
Afin de donner une information complète aux usagers, une brochure explicative les accompagnera.

Les tarifs jusqu'ici en vigueur (de moins de 2€ à plus de 5€, en fonction de la tarification des anciens opérateurs) restent d'actualité, "pour le moment", a-t-il été précisé. 
Et pour garantir une continuité de service, l'historique des consommations et les données concernant chaque usager ont été transmis au nouvel opérateur. De nouveaux fichiers clients ont ainsi pu être constitués.
Le grand principe d'un prix unique de l'eau, en Guadeloupe, n'est pas pour tout de suite.

Gilbert Jacoby-Koaly, responsable du département  "relai facturation" au SMGEAG, nous en dit davantage :

©Guadeloupe

Il existe plusieurs moyens de paiement des factures : le prélèvement automatique, le virement bancaire, le paiement par carte, par chèque, ou en espèce.
Les paiements peuvent être effectués en ligne, par téléphone, où physiquement, dans l'une des agences équipées de bornes.

Qu'en est-il des factures du SIEAG ?

Nombreux sont les abonnés qui se plaignent d'avoir reçu, jusqu'en fin d'année dernière, des factures du Syndicat intercommunal d'alimentation en eau et d'assainissement de la Guadeloupe (SIAEAG), dont les montants leur paraissent exorbitants et indus. Des factures qui font parfois l'objet de relances, par le trésor Public.

Seulement voilà, "il faut bien faire la distinction entre les anciens opérateurs et le nouveau syndicat", met en garde Myriam Brousius, première vice-présidente du SMGEAG, qui explique qu'il faut s'adresser aux services des Impôts, suite à des courriers reçus des Impôts. Le Syndicat mixte aux affaires depuis septembre dernier ne peut pas intervenir sur des facturations qui concernent des consommations d'eau antérieure à sa création. Pas question non plus, pour lui, de demander un moratoire.

Les choses seront tout autre désormais, est-il assuré :

Myriam Brousius, première vice-présidente du SMGEAG, ©Marie-Lyne Plaisir et Daniel Querin - Guadeloupe La 1ère

Pour bénéficier d'une assistance, en cas de litige, les abonnés peuvent s'adresser à la médiation de l'eau, via le site mediation-eau.fr ; ce service gratuit facilite, pour les consommateurs, le recours à des modes de résolution amiable.

Le champ de compétence du SMGEAG

Depuis le 1er septembre 2021, le SMGEAG a en charge la gestion de l'eau potable, de l'assainissement collectif, de l'assainissement non collectif et des eaux pluviales, ainsi que la défense extérieure contre l'incendie.

Le syndicat exerce ses compétences en gestion directe pour 23 communes : Anse-Bertrand, Baie-Mahault, Baillif, Basse-Terre, Capesterre-Belle-Eau, Gourbeyre, Goyave, La Désirade, Le Gosier, Le Moule, Les Abymes, Morne-à-l'Eau, Petit-Bourg, Petit-Canal, Pointe-à-Pitre, Port-Louis, Saint-Claude, Saint-François, Sainte-Anne, Sainte-Rose, Terre-de-Bas, Terre-de-Haut, Trois-Rivières.
Des opérateurs font office d'intermédiaires, dans les autres communes, par le biais de délégations de service public.

En finir avec les tours d'eau

"Réduire au plus vite les tours d'eau" et "y mettre fin d'ici la fin 2023", c'est l'objectif numéro un affiché par le président et son conseil syndical.

Le SMGEAG a fait le point, aujourd'hui, lors de la conférence de presse, sur les avancées opérationnelles, allant dans ce sens, partout sur le territoire : il est question de traitement de pollution, d'ouverture d'agence, de réparation de réseaux des eaux usées, de réparation de casses, de travaux de modernisation au sein des usines de production et de veille de la qualité de l'eau distribuée.

1,5 million d'euros sera investi pour le remplacement des compteurs d'eau.

Un travail de longue haleine qui avance progressivement.

L'usager d'abord

Le Syndicat mixte de gestion de l'eau et de l'assainissement de la Guadeloupe, qui entend "remettre l'usager au cœur des préoccupations", délivre des informations via sa page Facebook.
521 agents sont au service des 176000 abonnés, qui peuvent s'adresser à l'une des 10 agences clientèle du territoire.
Un numéro unique sera mis en service prochainement, pour traiter les demandes des abonnés.
La mise en ligne du site Internet www.smgeag.fr est prévue en février prochain.
Enfin, une application mobile, visant à signaler plus rapidement les fuites sur le réseau, est en cours de développement.