Eau : les résidents de Maudette ne voient pas le bout de leur calvaire

eau potable
eau potable
©Christian Danquin
Depuis près de deux ans les riverains de Maudette, Sainte-Anne vivent un véritable calvaire. Ils sont privés d’eau régulièrement. La situation est intenable notamment durant cette période de crise sanitaire.

En juin 2021, lors du premier tour des élections départementales et régionales, les riverains de Maudette Sainte- Anne exprimaient leur colère vis-à-vis des coupures d’eau qui rythment leur quotidien depuis plus d’un an.  Et deux mois après, rien n’a changé.

« Quand je rentre de chez moi, je vois tout de suite qu’il n’y a pas d’eau. J’ai équipé ma maison d’une citerne, donc j’ai la possibilité d’être alimentée en eau, mais mon frère lui est régulièrement sans eau. Il faut toujours surveiller le retour de l’eau dans la nuit, pour être sûr de pouvoir en avoir, au moins un peu. »

Alfonsine

 

Le temps passe et les robinets restent désespérément vides. La faute à de nombreuses fuites sur le réseau, qui occasionnent des problèmes de pression. Maryse et son mari ont choisi le système D, et récoltent de l’eau de pluie. Mais aujourd’hui, le couple qui a des problèmes de santé est à bout.

« Nous transportons toute la journée des sceaux et des bouteilles et avec nos problèmes de santé ce n’est vraiment pas évident. Nous vivons une période sanitaire critique, mais nous sommes incapables de nous laver correctement les mains. Nous nous lavons à l’eau de pluie, mais elle est verte. Nous n’avons pas le choix. »

Maryse Lefèbvre

 

Pour le couple, l’investissement dans une citerne n’est pas envisageable pour le moment. D’autres y arrivent pourtant. Leurs voisins s’y sont résolus, coût de l’acquisition, 3 000 euros.

« Il est difficile de prévoir les coupures d’eau. Nous nous passons le mot entre voisins quand les coupures sont effectives. Mais nous ne savons jamais sur quel pied danser. »

Grégory Clarius

 

La municipalité attend beaucoup du Syndicat Mixte Ouvert (SMO) afin de procéder urgemment aux travaux de réparation sur le réseau. Mais la réalité reste la même, tout un quartier est confiné, en pleine crise sanitaire, sans une goutte d’eau.

Pour (re)voir le reportage de Ludivine Guiolet et Christian Danquin