Envoi de renforts par le gouvernement : les réactions, en Guadeloupe

social
Le RAID
"Nous avons décidé le déploiement de 50 policiers et gendarmes", a annoncé samedi Gérald Darmanin. Une réponse "tout sécuritaire", à la crise sociale en Guadeloupe, dénoncée ou jugée insuffisante, localement. Les élus, quant à eux, seront consultés lundi, par le gouvernement. Réactions.

Ils sont donc là : une cinquantaine d'agents du GIGN (Groupe d'intervention de la gendarmerie nationale) et du RAID (Recherche, assistance, intervention, dissuasion) sont arrivés en Guadeloupe, ce samedi 20 novembre 2021, en fin de journée.
Ces renforts, issus des unités d'élite de la gendarmerie et de la police, sont la réponse, ferme et exclusivement sécuritaire, de l'Etat, pour ramener l'ordre dans l'archipel, où sévit une grève générale, depuis le lundi 15 novembre, contre l'obligation vaccinale et le pass sanitaire, notamment. Dans ce contexte, des exactions ont eu lieu : vandalisme, cambriolages, incendies volontaires, tirs et jets d'objets divers sur les forces de l'ordre...
D'où le choix du Ministre de l'Intérieur, de déployer des hommes supplémentaires, dans le territoire. Il n'est pas question, pour Gérald Darmanin, de laisser ce climat de violence s'envenimer.


Réactions syndicales

Maïté Hubert-M'Toumo, secrétaire générale de l'UGTG, regrette que la seule réponse apportée par l'Etat soit la "répression", face à leurs "légitimes revendications" :

Maïté Hubert-M'Toumo ©Guadeloupe La 1ère

Le préfet de la Guadeloupe, Alexandre Rochatte, a par ailleurs été mandaté pour poursuivre le dialogue social. Jocelyn Zou, secrétaire général de FO-SDIS de Guadeloupe, espère que les négociations ne vont pas s'apparenter à la médiation menée en Martinique :

 

"Insuffisant", selon la police locale

Les nerfs et les corps des forces de l'ordre, déjà en poste en Guadeloupe, sont mis à rude épreuve, depuis la nuit de jeudi à vendredi, où les violences ont débuté et sont allées crescendo.

Quoiqu'il en soit, l'annonce d'hommes supplémentaires ne correspond pas tout à fait aux attentes des policiers, selon Patrice Abdallah, secrétaire générale de SGP Unité Police FO, qui estime que le besoin de renforts s'inscrit dans la durée :

Patrice Abdallah ©Laurence Baptiste-Salomon et Bruno Pansiot-Villon - Guadeloupe La 1ère

 

Réactions politiques

Dès lundi, le Premier ministre recevra les parlementaires et les présidents des assemblées de la Guadeloupe, en présence des ministres concernés par ce dossier pluriel.

Jean-Philippe Courtois, président du Conseil Départemental, se réjouit à cette perspective. Ce sera l'occasion, pour lui, de faire entendre les revendications de la population locale et de contribuer à la recherche d'une issue, à l'actuel conflit social :

Jean-Philippe Courtois ©Guadeloupe La 1ère

Le député Max Mathiasin s'émeut surtout du choix du gouvernement d'axer sa réponse première sur le "tout sécuritaire", même s'il comprend qu'il faille protéger les biens et les personnes. Il faut aussi, selon  lui, élaborer un plan particulièrement au bénéfice de la jeunesse guadeloupéenne :

Max Mathiasin ©Guadeloupe La 1ère

Le président de la Région Guadeloupe a d'ores et déjà annoncé qu'il ne participera pas à cette réunion. Ary Chalus sera l'invité de Guadeloupe la 1ère, dans le journal télé de 19h30, ce dimanche.