guadeloupe
info locale

Exclusif : Lucette Michaux-Chevry met fin à sa carrière politique

politique
lucette michaux-chevry
C'est un coup de tonnerre dans le monde politique guadeloupéen. Lucette Michaux-Chevry annonce, en exclusivité à Guadeloupe La 1ère, sa démission à la présidence de la Communauté du Grand Sud Caraïbes et de conseiller communautaire et met fin à sa carrière politique. 
Dans un courrier en date du 30 janvier, Lucette Michaux-Chevry adresse sa démission au préfet de la Région Guadeloupe, Philippe Gustin.

"J’ai l’honneur de vous demander de bien vouloir prendre en compte ma démission en ma qualité de Présidente de la Communauté du Grand Sud Caraïbes et de conseiller communautaire, avec effet immédiat".

Elle s'est confiée à Gilbert Pincemail :

Déclaration de Lucette Michaux-Chevry

 

60 ans de carrière

Lucette Michaux-Chevry est née le 5 mars 1929 à Saint Claude. Sa carrière démarre en 1959, comme conseillère municipale de sa commune, mais ce sont dans les années 70 qu’elle commence à marquer son empreinte en qualité de conseillère générale, reconduite à plusieurs reprises. Elle s’empare de la présidence en 1982 aux couleurs du RPR, puis de 1986 à 1995 de la commune de Gourbeyre. Cette période faste fera également d’elle une présidente de région, une députée, une sénatrice puis une secrétaire d’État chargée de la francophonie et une ministre déléguée à l'action humanitaire et aux droits de l’homme dans les gouvernements Chirac et Balladur.
L’un de ses grands moments politiques aura été la "Déclaration de Basse-Terre" en 1999 qui posera la question statutaire des trois Départements français d’Amérique. L’un de ses revers les plus cinglants, si ce n’est le seul, aura été sa défaite lors des régionales en 2004 face à Victorin Lurel. Lucette Michaux-Chevry était alors patronne d’Objectif Guadeloupe et cheffe de l’exécutif régional.

La carrière de Lucette Michaux-Chevry

 

Son adieu aux Guadeloupéens

Dans une lettre ouverte à la population, Lucette Michaux Chevry explique les raisons de cette décision. Elle met en avant la défense d’un idéal, d’une identité qu’elle a toujours porté durant ces 60 années de carrière avec tout de même un attachement à la nation.
Elle évoque la fierté du peuple, de son histoire mais également les combats qu’elle a dû mener pour que les Guadeloupéens puisse prendre en main leur affaire sans laisser l’extérieur décider pour eux. "Je n’ai jamais jeté l’éponge, ni mis un genou par terre malgré les pressions, intimidations et menaces" écrit-elle. Enfin c’est la grand-mère qui s’exprime. Elle explique ce geste par sa volonté de préserver ses enfants et ses petits-enfants qu’elle estime injustement mis en cause en raison de ses activité politique. La désormais ancienne présidente de la communauté du Grand Sud Caraïbes conclut qu’elle souhaite entamer désormais une phase de vie tournée vers la quiétude et la sérénité.
Avant de remercier le peuple d’avoir fait d’elle "grand madanm la".

La lettre aux Guadeloupéens de Lucette Michaux-Chevry :

La lettre aux Guadeloupéens de Lucette Michaux-Chevry


 
Publicité