Face à face Gaddarkan/Kassis. Qui est le vrai président de la CPME ?

économie
josé gaddarkhan
©Priscilla Romain

Une bataille rangée est en cours à la Confédération des Petites et Moyennes Entreprises de Guadeloupe (CPME). Qui de José Gaddarkhan ou Jean Kassis assume, à ce jour, réellement la présidence de l'organisme ?

L'affaire commence par un communiqué daté du 4 janvier 2021 et signé des douze membres du conseil d'administration de la CPME971. On y lit que suite à l'absence de réponse du président Jean Kassis à une pétition qui lui a été adressée le 20 octobre 2020, les membres majoritaires du conseil d'administration ont voté, en présence d'un huissier de justice, sa révocation et la nomination au poste de président par intérim, de José Gaddarkhan, sous réserve de la ratification officielle de l'ensemble des membres élus.

Notification du CA

Cette disposition exceptionnelle a été motivée, selon le président par intérim, par une longue inactivité de Jean Kassis. Pas de réunions, pas de dialogue et pas de programme.

Depuis qu'il [Jean Kassis] a été élu, le conseil d'administration n'a jamais été convoqué, il n'a pas répondu à nos requêtes et quand nous lui avons demandé pourquoi cette inactivité, il a pris l'excuse du COVID alors que nous aurions pu, comme beaucoup d'autres organismes, tenir le conseil par visio-conférence.

José Gaddarkhan, président par intérim de la CPME

Par ailleurs, le vote de la révocation de Jean Kassis s'est tenu en son absence puisqu'il n'aurait pas répondu à la convocation qui lui aurait été envoyée. 

Jean Kassis monte au créneau

La décision rendue publique n'est pas du goût de Jean Kassis qui déclare qu'elle est tout simplement illégale. D'abord, il remet en cause le motif de sa révocation.

La CPME fonctionne très bien avec ses adhérents et avec un bureau qui est convoqué souvent.Sur les 12 signataires du communiqué sorti ce jour (4 janvier 2021) 11 ne sont même plus adhérents de l'association.

Jean Kassis, président de la CPME

Il précisera ensuite qu'ils ne sont donc plus considérés comme membres actifs de l'organisation. Et si cela ne suffisait pas, Jean Kassis estime que le conseil d'administration qui a voté sa révocation n'obéit ni aux dispositions statutaires, ni au réglement intérieur de la CPME971.

Coup de balai

Pour faire valoir son bon droit, le président contesté va convoquer une assemblée générale élective chargée de renouveler l'ensemble des membres du conseil d'administration. Mais n'est-ce-pas justement là, le talon d'achille de la réponse de Jean Kassis ? Comment la CPME pouvait-elle fonctionner activement sans faire cas de l'irrégularité de 11 membres de son conseil d'administration ? L'assemblée générale est donc un bon moyen de balayer la dissidence mais dévoile aussi quand même une importante faille de fonctionnement. Cela n'a pas échappé à José Gaddarkan qui précise qu'il était difficile de savoir qui était à jour ou pas, sans réunions récurrentes du CA. Épilogue de la bataille le 25 janvier prochain.

Réponse de Jean Kassis