Future salle d'escrime du CREPS : "Pour un public de haute performance" !

escrime
Salle d'escrime du CREPS

Il est largement temps que la Guadeloupe soit dotée d'une salle d'escrime, à la hauteur des champions que l'archipel fourni à la France. D'où la construction d'une salle d'armes, sur le CREPS Antilles-Guyane. Celle-ci répondra aux besoins de haute performance des pratiquants internationaux.

Visite de chantier, ce samedi 9 janvier 2021, sur le site du Centre de ressources, d'expertise et de performance sportive (CREPS) des Antilles et de la Guyane, aux Abymes. Dans le cortège, notamment, le gratin du monde de l'escrime, local et national, dont l'ancienne ministre des sports, Laura Flessel.  Tous se réjouissent de l'érection future d'une salle d'armes, sur place, qui devrait être livrée d'ici la fin de l'année 2021.

Visite de chantier salle d'armes du CREPS
©Jean-Marie Mavounzy
Visite chantier salle d'armes CREPS
©Daniel Marius


Bientôt l'entrée dans une nouvelle ère

L'infrastructure actuellement fréquentée par les adeptes de la discipline était, à l'origine, un amphithéâtre, transformé en salle de danse, avant de devenir un espace réservé aux escrimeurs. D'où le fait qu'elle ne présente pas un niveau qualitatif et quantitatif optimal, pour la formation de haute performance que mérite la Guadeloupe.

La salle en construction comptera :

  • 12 pistes (8 pistes métalliques et 4 pistes d’entrainement tracées au sol) ;
  • 1 espace d’échauffement et de renforcement musculaire ;
  • 3 blocs vestiaires ;
  • des espaces d'accueil et administratifs ;
  • des locaux techniques ;
  • et divers aménagements extérieurs.

Le monde nous enviera cet équipement... ou viendra s'y entraîner !
Il sera, en effet, adapté à la formation des athlètes de haute performance et pourra accueillir des délégations nationales et internationales, dans d'excellentes conditions.
Un bonus, dans la mesure où le CREPS Antilles-Guyane est déjà labélisé comme étant un centre de préparation des Jeux olympiques et paralympiques 2024 et est positionné comme une référence, dans la Caraïbe, pour l'entrainement des athlètes.

Fierté et projection

L'épéiste multi médaillé guadeloupéen, Yannick Borel, notamment champion olympique par équipe aux Jeux d'été de 2016 et champion du monde en individuel en 2018, se réjouit de cette nouveauté. Lui qui a connu "l'avant", se dit fier et impatient de profiter de "l'après", qui ouvrira foule de possibilités :

©Daniel Marius, Jean-Marie Mavounzy - Guadeloupe La 1ère


Bruno Gares, le président de la Fédération française d'escrime, a fait le déplacement, pour se rendre compte des efforts qui sont réalisés, localement, pour encore plus de dynamisme de ce sport déjà très prolifique, en Guadeloupe. Pour lui, le besoin était là et les futurs champions de l'archipel, mais aussi de la Caraïbe, méritent cette infrastructure :

©Daniel Marius, Jean-Marie Mavounzy - Guadeloupe La 1ère


Bien entendu, Robert Gara était également présent, à cette visite de chantier. Ce passionné d’escrime, d’origine hongroise, ancien président de la Ligue d’escrime de Guadeloupe (de 1990à 2005) est celui par qui l'escrime est arrivé en Guadeloupe. Il assimile cette salle à un aboutissement :

©Daniel Marius, Jean-Marie Mavounzy - Guadeloupe La 1ère


Promesses tenues !

Le cout de l’opération s'élève à plus de 2,8 millions d'euros dont :

  • environ 2,1 millions d'euros de subventions d’Etat à la Région Guadeloupe
  • près de 700.000 € TTC de la Région Guadeloupe

La concrétisation de cette salle d'armes est, donc, synonyme de promesses tenues, du point de vue du président de la Région Guadeloupe ; promesse des instances nationales et locales. Ecoutons Ary Chalus :

©Daniel Marius, Jean-Marie Mavounzy - Guadeloupe La 1ère

La maîtrise d'oeuvre du projet est assumée par l'architecte Alain Nicolas, le bureau d'étude David Descarpentries et le paysagiste Curyl Bernton.

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live