Grève à Canal+ : une opération escargot pour attirer l'attention sur leur mouvement et leurs revendications

social
Grève à Canal+
©Ronhy Malety

Après un mois de grève sans grande visibilité, les salariés de Canal+Antilles ont tenu à frapper un grand coup, ce jeudi matin. Ce sont eux qui ont mené une opération escargot en zone pointoise, dans la matinée.

Le mouvement d'humeur de l'Union des travailleurs des télécommunications (UTT) aura paralysé une bonne partie de la Guadeloupe, à l'heure de pointe, dans la matinée de ce jeudi 3 juin 2021.
Les salariés de la société Canal+ Antilles-Guyane, affiliés à cette section syndicale de l'UGTG, ont organisé une opération escargot, en zone pointoise. La circulation a été fortement perturbée ; des embouteillages ont été observés sur plusieurs kilomètres, dans toutes les directions.

Cela fait quatre semaines qu'ils sont en grève.

Nous demandons à la direction de reconnaître le travail des salariés, celui des vendeurs qui remplissent leur mission, Covid ou pas, tous les jours et qui apportent leur contribution, malgré les difficultés.

Nous demandons qu'ils respectent les travailleurs, qu'ils arrêtent de mettre en place des pratiques sociales, des politiques sociales qui consistent toujours à piétiner les travailleurs.

Maïté Hubert M'Toumo, déléguée syndicale UTT-UGTG à Canal+

Maïté Hubert M'Toumo, déléguée syndicale UTT-UGTG à Canal+
©Ronhy Malety

L'idée d'une augmentation générale, voulues par l'UTT-UGTG, est rejetée par la direction.

Au sein du groupe Canal+, les primes sont attribuées aux personnels individuellement, sur le critère de la performance soit, selon l'UGTG, "à la tête du salarié". Ce système est pointé du doigt par les grévistes, qui estiment qu'il permet de "mieux manipuler la masse, toujours soumise à l'appréciation du supérieur hiérarchique".

Par ailleurs, parmi les autres griefs du syndicat, il n'est pas rare que certains employés subissent des changements d'affectation, sans aucun défraiement.

Quant aux postes à responsabilités, ils sont tous occupés par des personnes venues d'ailleurs. Les Guadeloupéens n'en bénéficient pas, atteste l'UTT.

Une société qui génère, en Guadeloupe, en Martinique et en Guyane,  plus de 30 millions de bénéfices nets...

Hé ben, lajan lasa a pa enki adan lé poch a lé aksyonèw pouy pé alé ! A pa enki adan lé poch a sé dirèktè-la, ki ka vin fè twa lanné an gwadloup é ki ka rèpati, non !

Fo-i rantré an poch a lé travayè. Fo i rantré an poch a lé Gwadloupéen, paskè yo biswen vivi osi !

 

(Traduction du créole :

Cet argent ne doit pas aller uniquement dans les poches des actionnaires, pas seulement dans les poches des directeurs qui viennent faire trois ans en Guadeloupe et qui s'en vont. Il faut qu'il aille aussi aux travailleurs et bénéficie aux Guadeloupéens, qui ont besoin de vivre aussi !)

Maïté Hubert M'Toumo, déléguée syndicale UTT-UGTG à Canal+

Les employés de Canal+ n'ont pas obtenu la prime "Castex", créée dans le contexte de la crise sanitaire liée à la Covid-19 et exonérée de cotisations sociales et fiscales.

Les négociations patinent, dans le cadre de ce conflit social, selon l'UTT-UGTG, la direction use du "C'est comme ça et pas autrement" face à ses revendications. 

UTT-UGTG (Union des travailleurs des télécommunications)
©Ronhy Malety