Grève dans les collectivités : les maires de Guadeloupe mettent une proposition sur la table

social
Face à Face Favel / Sapotille

Alors que les négociations sont à l'arrêt depuis lundi, dans le cadre de la grève des agents des collectivités, l'association des maires propose à l'UGTG de mettre en place un groupe d'experts, chargé de mettre en corrélation les revendications et les capacités financières de chaque mairie et EPCI.

Les négociations sont au point mort depuis le lundi 15 mars 2021, entre l'Association des maires de Guadeloupe (AMG) et l'Union des travailleurs des collectivités (UTC-UGTG), dans le cadre de la grève générale illimitée lancée par le syndicat dans les mairies et EPCI de l'archipel, il y a près de 3 semaines, le 2 mars dernier.

Les parties buttent toujours sur le premier des 18 points de revendication du syndicat, qui concerne les carrières des agents. 
Les grévistes exigent des "régularisations" en terme d'avancement, ou encore la titularisation des salariés contractuels.

Les maires soutiennent que l'ensemble des collectivités, dont certaines sont dans le rouge financièrement, ne peuvent s'engager d'un bloc sur cette voie.

Hier, le 19 mars, le président de l'AMG a rédigé une proposition, adressé aux représentants des salariés mobilisés.

Proposition de mise en place d'un groupe d'experts

Les membres de l'Association des maires de Guadeloupe se sont réunis, hier, vendredi 19 mars 2021, en séance exceptionnelle.
Ils s'accordent sur un constat des estimations divergentes, d'une commune à l'autre, sur le coût budgétaire des revendications de l'UTC-UGTG.

Ainsi, dans son rôle de porte-parole, le président de l'AMG, Jocelyn Sapotille, propose au syndicat de "mettre en place un groupe d'experts, afin d'évaluer les incidences réelles" de la plateforme de revendications.

Ce groupe de travail sera constitué d'experts indépendants, de représentants de l'AMG et de délégués de votre organisation.

Nous envisageons de solliciter l'Agence française de développement (AFD) et la direction régionale des finances publiques (DRFIP), dans le cadre de cette mission.

Jocelyn Sapotille, président de l'AMG

S'en suivrait la mise en place d'un groupe de travail (AMG, UTC-UGTG et centre de gestion), dont la mission serait de rédiger un projet de protocole d'accord.

Jocelyn Sapotille rappelle, en outre, que les maires sont d'accord pour accompagner les agents... mais dans la mesure du possible. Or, la mise en oeuvre de l'ensemble des doléances mènerait certains droit dans le mur :

Jocelyn Sapotille : "Ça va coûter un certain montant, que les mairies ne pourront pas supporter" 

Proposition de l'AMG à l'UTC-UGTG - 19.03.2021

 

L'UTC-UGTG ouverte à l'échange

Le secrétaire général de l'UTC-UGTG, Nestorius Favel, estime que cette démarche de l'Association des maires équivaut à un rattrapage. Les élus lanceraient ainsi, selon lui, la gestion prévisionnelle de l’emploi et des compétences (GPEC) ; procédure qui n'aurait pas été mise en oeuvre, depuis plusieurs années.
Pour autant, il accepte de relancer les échanges, en partant de cette proposition.

Par ailleurs, Nestorius Favel entend réexpliquer les revendications de son syndicat, évoquant un problème de compréhension.

©Bruno Pansiot-Villon et Jean-Marie Mavounzy - Guadeloupe La 1ère

Force est de constater que les point de vue des deux parties divergent toujours sur la question des commissions administratives paritaires (CAP), dont les avis ne sont pas obligatoirement applicables, pour les maires, tandis que l'UTC-UGTG affirme que oui, dès lors qu'ils ne sont pas contestés dans un délai d'un mois.

Un désaccord sur lequel le syndicat n'entend pas céder.