Grève générale illimitée : la plateforme de revendications compte 32 points

social
Conférence de presse du LKP - 12/11/2021
Conférence de presse du LKP - 12/11/2021 ©Christian Danquin
Une longue liste de revendications a été communiquée, par les organisations actuellement mobilisées en Guadeloupe. Elles rappellent que, si l'élément déclencheur de l'actuelle grève est la suspension des contrats des salariés non vaccinés, leurs exigences sont par ailleurs multiples.

Comme un air de déjà vu : une très longue plateforme de revendications a été communiquée, hier. Elle comporte 32 points ; ceux qui avait déjà été communiqués aux autorités locales, le 2 septembre dernier.

Dans un communiqué daté d'hier, le vendredi 19 novembre 2021, la trentaine d'organisations syndicales, politiques, citoyennes et culturelles qui composent le front contre le pass sanitaire et contre l'obligation vaccinale affirme :

La détérioration du climat social n'est que le résultat du pourrissement volontairement orchestré par l'Etat, avec la complicité des élus et des médias aux ordres.

Communiqué des Organisations en lutte contre l'obligation vaccinale et le pass sanitaire - 19/11/2021

"Pourrissement" parce que, depuis le 17 juillet, des manifestations contre les mesures sanitaires et la gestion de la crise Covid étaient organisées, chaque samedi, dans les communes de l'archipel... dans l'indifférence et le silence des autorités.
"Pourrissement" parce que, fin septembre, Alexandre Rochatte a coupé court à toute négociation.

En effet, dans un courrier daté du 29 septembre 2021, le préfet rejetait l’ensemble des propositions et mettait fin à toutes négociations.

La seule réponse des services de l’Etat et des patrons du privé : arrestations arbitraires, harcèlement des travailleurs, violences policières, condamnations, suspension des contrats de travail et des rémunérations, fermeture des cabinets et suspension des professionnels libéraux.

Communiqué des Organisations en lutte contre l'obligation vaccinale et le pass sanitaire - 19/11/2021

Les "Organisations fédérées dans la lutte" rappellent leur exigence d'une réintégration de tous les salariés et libéraux suspendus, ainsi que l'abrogation de la loi du 5 août 2021, imposant à de nombreux professionnels de santé, mais pas seulement, la vaccination contre la Covid-19.

Le communiqué présente ensuite la plateforme de revendications. Une liste qui ressemble à celle de 2009. Au total, une trentaine de points renvoit aux problématiques et dysfonctionnements maintes fois évoqués, en Guadeloupe.

Revendications sociales :

  • La résolution de tous les conflits en cours ;
  • Le respect de tous les accords signés, y compris celui du SDIS-971, toujours pas appliqué ;
  • L'augmentation généralisée des salaires, des minima sociaux, des allocations chômage et des pensions de retraite en même temps que l'augmentation des prix ;
  • Le remplacement de tous les départs à la retraite ;
  • L'arrêt des licenciements, dans le privé et des suppressions de postes, dans le public ;
  • L'embauche massive de titulaires, dans toutes les fonctions publiques, à la poste, dans les écoles, à l'université... ;
  • L'arrêt de la répression judiciaire et patronale, contre les militants, les travailleurs et les organisations syndicales ;
  • L'abrogation des règles d'indemnisation du chômage ;
  • Le maintien de toutes les primes de vie chère ;
  • L'ouverture de négociations collectives, dans toutes les branches professionnelles, sur les salaires, l'emploi, la formation, la durée du travail, la protection sociale, la priorité d'emploi des jeunes, des chômeurs et des salariés de Guadeloupe, le fait syndical guadeloupéen.
  • La résorption de tous les emplois précaires et des embauches massives, dans le privé ;

Quant à la gestion de la crise Covid et la situation santaire locale : 

  • L'abrogation de la loi du 5 août 2021, relative à la gestion de la crise sanitaire ; 
  • La suppression de l'obligation vaccinale ;
  • La suppression du pass sanitaire ;
  • Le maintien de la gratuité des tests ;
  • Des protocoles sanitaires stricts, adaptés aux établissements publics et privés ;
  • Des recrutements de soignants et de personnel, dans les hôpitaux et cliniques privées, ainsi que dans le secteur social et médico-social ;
  • La mise en place d’un plan d’urgence pour l’embauche et la formation des jeunes ;
  • Des moyens matériels pour la santé, le secteur social et médico-social ;
  • La mise en place d'un système de santé de qualité pour accueillir et soigner les usagers, dignement et efficacement ;
  • Des mesures immédiates pour approvisionner les établissements en oxygène ;

Exigences très spécifiques concernant les pompiers

  • Le recrutement de 15 sapeurs-pompiers volontaires (SPV), sur dossier, dans l'immédiat ;
  • Le recrutement de personnel administratif technique et spécialisé (PATS), pour la filière administrative et technique ;
  • La réparation, l'entretien et le renouvellement des engins véhicules de secours et d'assistance aux victimes (VSAV) et fourgon pompe tonne (FPT) ; 
  • L'organisation de concours pour les sapeurs-pompiers professionnels, au grade de caporal ;
  • La mise en place d'une nouvelle organisation : 12h00 de travail jour et 24h00 de repos, 12h00 de travail nuit et 72h00 de repos, pour le sapeur-pompier ;

Revendications sociétales et dans le secteur de l'éducation :

  • Des moyens supplémentaires et des recrutements de personnels techniques et encadrant, pour le dédoublement des classes et le respect des mesures sanitaires dans les écoles ;
  • Un bâti scolaire et des équipements sportifs et culturels, rénové au plus vite, conforme aux normes parasismiques et débarrassé des rats ;
  • Un plan d'urgence pour l'eau, pour un accès permanent de tous à une eau potable, buvable, sans pesticide, sans chlordécone, à un prix bas et unique, dans le cadre d'un véritable service public ;
  • Le nettoyage de toutes les citernes dans tous les établissements publics ;
  • La condamnation des empoisonneurs au chlordécone et la dépollution des sols ;
  • La mise en place d'un véritable service public de transport permettant aux usagers de se déplacer à toute heure sur l'ensemble du territoire ;

Cette fois, pas de trace d'une demande d'augmentation de 200 € pour tous. Sinon, on se croirait vraiment revenus au complexe World Trade Center (où se déroulaient les séances historiques de négociations, durant la précédente grève générale illimitée, en 2009).