Hôpitaux : un week-end Pascal sous tension

hôpital
Tensions hospitalières à l’approche du week-end Pascal
©C. Ledezert et D. Quérin

Si le nombre de nouveaux cas de Covid diminue légèrement, les chiffres restent élevés et les hôpitaux font face à une réelle tension. De quoi inquiéter les soignants durant ce week-end pascal. Des fêtes pouvant être propices à une augmentation de la fréquentation des services hospitaliers...

Si les fêtes de Pâques seront plus calmes qu’à l’accoutumée, les personnels du SAMU, des urgences ou du service de réanimation du CHU ne vont pas chômer…

Certains craignent même une augmentation du nombre de patients. C’est le cri d’alarme que souhaite lancer Patrick Portecop, chef du SAMU de Guadeloupe.

Nous souhaitons vraiment faire prendre conscience à la population de l'intérêt de se responsabiliser pour éviter au maximum toutes les situations accidentogènes ou même dans le cadre des activités domestiques. D'éviter tout ce qui est susceptible de conduire des personnes en réanimation parce qu'à côté du Covid, il y a la vie courante. On peut être amené à aller en réanimation après un AVC, un infarctus, des choses tout à fait imprévisibles.

Patrick Portecop, chef du SAMU de Guadeloupe

 

Car certains services sont en tension, voire saturés. Le personnel est débordé et le taux de remplissage en réanimation avoisinerait les 110%. Des patients qui devaient être soignés dans ce service ont dû être transférés ailleurs.

Une situation intenable qui pourrait avoir de lourdes conséquences si elle venait à durer.

Patrick Portecop, chef du SAMU de Guadeloupe

La prudence est donc de mise pour ce week-end, notamment chez les plus jeunes. En termes de nouveaux cas de Covid-19 : les 15-44 ans est actuellement la tranche d’âge la plus représentée.