guadeloupe
info locale

Une jeune Martiniquaise jugée pour avoir abandonné son bébé dans les toilettes de l'aéroport d'Orly

justice
Orly
©J.M. Mazerolle
Une jeune femme de 23 ans est depuis ce matin devant la cour d'Assises du Val-de-Marne. En 2014, elle avait accouché dans les toilettes de l'aéroport Orly Sud, avant d'abandonner le bébé sur place. Elle s'était ensuite envolée vers la Martinique. Le nourrisson est décédé 11 jours plus tard. 
En juin 2014, une jeune femme de 23 ans mettait au monde un petit garçon dans les toilettes de l'aéroport d'Orly Sud. Elle abandonnait le nouveau-né sur place, avant de monter à bord d'un avion à destination de Fort-de-France, en Martinique. L'enfant décédait 11 jours après, des suites d'une hypothermie.
La jeune femme est aujourd'hui poursuivie pour "délaissement de mineur de moins de 15 ans suivi de mort". Elle comparaît depuis ce matin, devant la cour d'Assises du Val-de-Marne, selon Le Parisien

Il naît et est abandonné dans les toilettes d'un aéroport


Quand Gaëlle C. entre dans les toilettes de l'aéroport d'Orly Sud, ce vendredi 13 juin 2014, il est à peine 11 heures. Elle en ressort une vingtaine de minutes plus tard. 
Moins d'une heure après, une femme de ménage découvre un bébé posé sur le sol. Gaëlle C., l'avait enveloppé dans du papier, quelques instants plus tôt, avant de l'abandonner... Le personnel de l'aéroport prévient alors les secours qui prennent en charge le petit garçon, en état d'hypothermie et le conduisent à l'hôpital du Kremlin-Bicêtre. Sa mère, elle s'envole pour la Martinique, où elle est née. 
Le nourrisson, baptisé Alexandre Lucas, par le service de réanimation pédiatrique de l'hôpital, décède 11 jours plus tard. 

Identifiée grâce aux images de vidéosurveillance


La mère a été interpellée 3 mois après la découverte du nouveau né, à son retour de la Martinique.
Les enquêteurs de la brigade territoriale de protection des familles, la BTPF, avec l'aide du groupe de voie publique de la PAF d'Orly identifient rapidement la jeune femme, via la vidéosurveillance. 
Gaëlle C., interrogée par les policiers, évoque un déni de grossesse avant de se raviser. Elle reconnaît ensuite qu'il s'agit bien de son bébé, et donne également le nom du père de l'enfant. Elle raconte avoir été prise de violentes douleurs au ventre, avoir accouché dans les toilettes. Apeurée, elle n'avait ensuite pas osé demander de l'aide. Elle avait ensuite rejoint sa tante, afin de prendre l'avion. Elle espérait alors que le bébé serait découvert. 
Ce qui a été le cas... Mais, le bébé souffrait alors d'hypothermie et présentait un état neurologique préoccupant. 

De nombreuses interrogations des proches de Gaëlle C. 


La jeune femme comparaît donc, depuis ce vendredi, devant la cour d'Assises du Val-de-Marne, pour "délaissement de mineur de moins de 15 ans suivi de mort". Un procès pour lequel personne ne s’est constitué partie civile.
Des membres de la famille de la jeune femme, son ex petit-ami, trouvaient qu'elle avait changé. Ils ont affirmé ne pas être au courant de sa grossesse. Interrogée sur une éventuelle grossesse, elle avait nié, racontant même à un ancien copain qu'elle avait avorté après un viol.
Aujourd'hui, les questions se multiplient... Pourquoi a t-elle agi de la sorte ? Pourquoi n'a t-elle pas demandé l'aide de sa famille ? Avait-elle peur du jugement de ses proches ? Autant de questions qui seront posées lors du procès. 
Des questions auxquelles Gaëlle C. devra répondre honnêtement. Certaines personnes de son entourage ont expliqué au Parisien que la jeune femme avait tendance à mentir. 


 


Publicité