L'APAEI de Marie-Galante dans le collimateur de la justice

justice
Tribunal de Pointe-à-Pitre
Tribunal de Pointe-à-Pitre ©Eric Stimpfling
Une enquête préliminaire est diligentée, depuis le mois de mai, par le Parquet de Pointe-à-Pitre. Elle concerne l'Association des parents, amis et des enfants inadaptés (APAEI) de Marie-Galante.

Le Parquet de Pointe-à-Pitre a ouvert, voilà près de deux mois, une enquête préliminaire sur le fonctionnement de l’Association des parents, amis et des enfants inadaptés.

Une enquête qui porte sur des faits présumé d’escroquerie organisée, détournements de fonds publics, travail dissimulé et blanchiment de fonds.

L’enquête a été confiée au GIR de Guadeloupe, le Groupe interministériel de recherches. Cette structure regroupe les moyens d’enquête de la police nationale, de la gendarmerie, de l’URSSAF, de la Douane, de l’inspection du travail mais également des services fiscaux.

Pour l’heure, le Parquet se montre extrêmement discret sur le déroulé de l’enquête. Néanmoins, il est de notoriété publique que des perquisitions ont eu lieu, notamment à Marie-Galante. Et de fait, les enquêteurs poursuivent l’exploitation des documents et des données recueillies.
De nouveaux développements pourraient néanmoins intervenir très prochainement indique-t-on de source généralement bien informée.

Au sein de l'APAEI, on se dit surpris. La direction indique qu'"aucun des représentants de cette association n'a été, à ce jour, reçu par les services d'enquête. Aucune mise en cause n'a été signifiée à l'association".